Non, il n’existe pas de tampon capable de soigner toutes les maladies gynécologiques

Affirmation

Les tampons Clear Point soignent toutes les maladies gynécologiques

Source: Page Facebook Djeundal'Elle

incorrect

Verdict

Explication: Selon les spécialistes consultés par Africa Check, il n'existe aucun médicament capable de soigner toutes les maladies gynécologiques. Par ailleurs, le fabricant du produit indique qu'il ne peut se substituer à un traitement médical.

  • Les tampons Clean Point soignent toutes les maladies gynécologiques (Page Facebook Djeundal'Elle)
  • Les maladies gynécologiques sont diverses, donc elles ne peuvent pas avoir le même traitement (Dr Manding Albert Manga et Dr Dembo Guirassy , gynécologues)
  • Le produit Clean Point ne peut pas se substituer à un traitement  (Fabricant)


Clean point. C’est le nom d’un tampon hygiénique qui serait produit en Chine et  censé guérir toutes les maladies gynécologiques. En tout cas, c’est en ces termes qu’il est présenté au Sénégal, sur une page Facebook du nom de Dieundal’elle.

Très prompt à répondre aux questions des internautes qui, pour la plupart sont des femmes, l’administrateur de la page présente ledit tampon comme un produit miracle face auquel aucune maladie ou infection gynécologique ne résiste.

Il assure que ce produit soigne les trompes bouchées, les fibromes, les kystes et même l’infertilité.

 

Aucune compétence en médecine

Comme posologie, il est conseillé aux femmes d’introduire le tampon dans l’appareil génital et de l’y laisser trois jours durant. Pour soigner une maladie comme une trompe bouchée, il faut au moins trois paquets de quatre perles chacun, conseillent les promoteurs.

Il est également mentionné qu’il n’y a aucun effet secondaire ni composant chimique. Des assurances qui ont enthousiasmé de nombreuses femmes générant sur la dernière publication de la page,  71 partages, des centaines de commentaires et cinq mille clics.

Contacté par Africa-Check l’administrateur de la page, Mamadou Diouf, avoue ne pas être médecin et n’avoir aucune compétence en médecine. Toutefois, selon lui, la secrétaire de l’entreprise qui fabrique le produit lui a certifié l’efficacité du produit

Différents types de maladies gynécologiques

Il existe différents types d’infections gynécologiques, selon le Dr Manding Albert Manga, gynécologue. Parmi ces infections on compte les vaginoses et les vaginites.

Les vaginoses, explique le médecin, ne poussent pas souvent à la consultation, parce qu’un des signes qui fait la différence entre les deux infections est la douleur et quand souvent il n’y a pas de douleur, les femmes ont tendance à supporter leurs vaginoses. « Et souvent ces vaginoses se traitent facilement », dit-il.

Cependant, ces infections ont beau être bénignes, il ne faut pas qu’elles traînent, prévient le Dr Manga qui explique qu’elles pourraient préparer le nid à d’autres infections plus graves. « Si elle est chronique, elle affaiblit les moyens de défenses locaux et cela peut permettre à certaines affections, surtout virales, de pouvoir s’installer de façon définitive », affirme-t-il.

Concernant les vaginites, ce sont celles-là qui poussent les femmes à se faire consulter parce que le facteur douleur, démangeaisons, qui les rendent incommodantes, font que les femmes ne peuvent rester longtemps avec ces signes, explique le gynécologue.

Toutes les infections gynécologiques ne se traitent pas de la même façon

Il existe d’autres infections appelées  infections à germes intracellulaires. Elles sont beaucoup plus silencieuses, ne font pas de bruits mais elles font beaucoup de dégâts, prévient le médecin. « Ces germes qui sont souvent des bactéries peuvent entraîner des infections très hautes qui, à leur tour peuvent atteindre les trompes et les obstruer provoquant ainsi la stérilité tubaire », affirme le Dr Albert Manga qui révèle également qu’il y a d’autres infections aussi qui sont virales comme le Sida, HPV (virus responsable du cancer du col de l’utérus) et l’Herpes.

« Et les médicaments nécessaires pour traiter ces infections sont différents l’un de l’autre », précise le Dr Dembo Guirassy, gynécologue-obstétricien et chef de la division santé de la mère et du nouveau-né.

Un produit qui ne peut se substituer à un traitement

Sur le site chinois qui commercialise le produit, il est pourtant mentionné qu’il ne peut se substituer à un médicament ou un traitement médical. Le «clean point » y est présenté comme un produit prophylactique qui aide au bon fonctionnement des organes reproducteurs féminins et empêche le développement de maladies gynécologiques plus graves.

Ce qui fait dire au Dr Manga que « ceci n’est pas un médicament ». Il affirme qu’en réalité le rôle de ce produit qu’il dit connaître très bien, n’est que purement préventif. « Autrement dit, mettre l’appareil génital de la femme dans les conditions où certaines affections ne pourront pas l’atteindre », explique-t-il.

En aucun moment ces produits ne peuvent soigner une pathologie : « Une personne qui n’est pas malade peut utiliser ce produit alors que celle déjà malade, ne peut plus l’utiliser », dit-il.

Des infections trop complexes pour être soignées par un seul médicament

Vu que les traitements sont spécifiques à chaque maladie, et que chaque germe a son traitement, il est pratiquement impossible pour qu’un seul médicament puisse arriver à soigner « toutes les maladies gynécologiques », comme mentionné sur la notice et la page facebook Dieundal’Elle, assure le Dr Manga.

Du même avis que le Dr Manga, le Dr Dembo Guirrassy rajoute que le traitement des pathologies en gynécologie est un domaine très vaste et qu’avec un seul médicament, c’est impossible de guérir toutes les maladies gynécologiques. « Il y a une multitude de maladies et des multitudes de traitements », signale-t-il.

Il rappelle également qu’il faut des antibiotiques pour soigner une infection, alors que des hormones sont prescrites pour améliorer un cycle irrégulier. Le tout avec des posologies pour chaque maladie avec une périodicité bien particulière.

Au vu de ces démarches plus ou moins complexes, il demeure catégorique : « Je ne pense pas que le même médicament puisse avoir tout cela ».

Et de poursuivre : « Même dans les hôpitaux avec un plateau technique très élevé,  on traite chaque pathologie au cas par cas. Ce n’est pas pour rien que des personnes se spécialisent dans des domaines ».

Conclusion : l’affirmation est fausse

Sur la page Facebook Dieundal’elle, un produit du nom de Clean Point est présenté comme étant capable de soigner toutes les maladies gynécologiques.

Mais sur un site commercialisant le produit et sur le paquet, il est mentionné que ce produit ne peut se substituer à un traitement médical. Et qu’il n’est pas un médicament.

Les gynécologues Dr Manding Albert Manga et Dr Dembo Guirassy affirment qu’il n’y a pas de médicament capable de soigner toutes les maladies gynécologiques vu la complexité de certaines d’entre elles.

Edité par Samba Dialimpa Badji

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.