Nos articles par flux RSS

Non, Immunorex-DM28 n’est pas un vaccin contre le Sida

Comments 3

Des sites d’information se font l’écho, depuis quelques mois, de la découverte d’un « vaccin » contre le Vih/Sida par le Professeur Donatien Mavoungou. Une information qui a refait surface ces derniers jours sur Facebook. Africa Check l’a examinée.

Par Hyppolite Valdez Onanina

Le 17 août 2016, le site spotboxlive.com écrivait sur sa page Facebook : « Urgent : un professeur gabonais trouve enfin le vaccin du Sida ». Il avait joint à ce post une vidéo partagée près de 44.000 fois au 29 août pour plus de 1,3 million de vues.

Déjà, en mars 2015, senenews.com publiait un article titré : « Sida : le vaccin enfin trouvé. Le professeur gabonais Mavoungou présente le vaccin contre le Sida ».

Tiré du site aLibreville.com, l’article en question avait été également repris par plusieurs médias en ligne dont malinet.net ou encore cameroun-online.com.

D’où vient donc cette information ?

Africa Check a visionné la vidéo postée par spotboxlive.com. Il s’agit d’un extrait du journal de Gabon Télévision diffusé le 13 juin 2014 sur YouTube par aLibrevilleTV .

La vidéo traite d’une conférence de presse au cours de laquelle Michel-Paul Correa, le président de l’Institut international pour le soutien à la recherche scientifique innovante (IIDSRSI), et le Pr Donatien Mavoungou présentent le médicament Immudorex-DM28, le supposé vaccin conçu par le chercheur gabonais.

Cependant, la journaliste qui a réalisé ce compte-rendu, n’indique à aucun moment qu’il s’agit d’un vaccin anti-Vih. Elle se demande plutôt si « la solution du vaccin anti-Vih-Sida est en gestation ».

Quant à l’article publié par aLibreville.com et relayé par plusieurs sites d’information, il indique que « ce vaccin est actuellement en phase d’essai clinique, a déjà été testé sur plus de 200 malades en France et n’a présenté aucune réaction négative » sur ces sujets.

Et l’auteur de l’article d’ajouter que « ce vaccin, aux dires du chimiste gabonais, serait actuellement le plus avancé de tous les vaccins contre le Sida au monde au sein des grands centres de recherche ».

Qu’en est-il réellement ?

Donatien Mavoungou, le chercheur gabonais qui a inventé de l'Immunorex-DM28. Photo IIDSRI

Donatien Mavoungou, le chercheur gabonais qui a inventé de l’Immunorex-DM28. Photo IIDSRI

Le Professeur Mavoungou a confié à Africa Check qu’ «Immunorex-DM28 pourrait être perçu comme un vaccin, compte tenu du fait qu’il stimule la production d’anticorps contre le VIH […]. Mais ce n’est pas un vaccin tel qu’on l’entend dans la classification OMS».

Nous avons également contacté Michel-Paul Correa, président de l’IIDSRI, qui soutient et accompagne les travaux du Pr Mavoungou.

«Cette information erronée provient d’un journaliste gabonais présent à la conférence de presse à laquelle vous faites référence, celle du 6 juin 2014, à Libreville. Bien qu’ayant reçu un dossier de presse, il a fait une confusion entre le médicament Immunorex-DM28 et les travaux d’une biotech française dénommée Biosantech présente également à la conférence pour présenter ses travaux sur son programme de développement d’un candidat vaccin thérapeutique anti-VIH dénommé Tat-Oyi », indique Michel-Paul Correa, dans un courriel à Africa Check.

Il poursuit : « nous avons demandé, à l’époque, un droit de réponse afin de rectifier cette fausse information propagée sur le net comme une traînée de poudre. La rédaction du média concerné a bien publié le rectificatif mais l’information hélas avait été diffusée et reprise par plusieurs sites sans vérifier l’information ».

« Donc, je confirme que le médicament Immunorex-DM28 n’est nullement un vaccin anti-Vih préventif ou thérapeutique. Il s’agît d’un immuno-modulateur, c’est à dire un booster du système immunitaire qui a comme propriétés de restaurer et renforcer le système immunitaire qui est la première cible du virus Vih 1 et 2 », écrit le président de l’IIDRSSI.

La vigilance des experts

Le Dr Marie Thérèse Diop Fall du Conseil national de lutte contre le SIDA (CNLS) a confié à Africa Check que « le Sénégal n’a pas pris de dispositions par rapport à l’alerte sur le supposé vaccin, car les personnes vivant avec le Vih n’ont pas saisi le programme pour d’éventuelles questions » sur ce médicament.

«Ce médicament n’est pas utilisé pour les soins du malade au Sénégal, raison pour laquelle nous ne pouvons pas faire d’appréciations. Nous sommes vigilants face à cette fausse alerte », assure la pharmacienne.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne fait pas état de l’existence d’un vaccin contre le Sida. Elle continue de recommander l’utilisation des antirétroviraux pour le traitement et la prévention du VIH.

D’ailleurs, en mai 2011, suite à la controverse soulevée par ce cette molécule, le ministre de la Santé a décidé d’interdire la vente du médicament. Dans un communiqué, le ministère explique que sa décision fait suite à une audition du chercheur et aux avis recueillis auprès des experts et partenaires au développement. Il cite l’OMS, l’ONUSIDA et l’UNICEF.

L’Etat gabonais a en outre décidé d’interdire la prescription du médicament sur toute l’étendue du territoire, la destruction du stock disponible et l’annulation de tous les actes administratifs en rapport avec ce dossier délivrés au Professeur Donatien Mavoungou.

Conclusion : il n’existe, à ce jour, aucun vaccin contre le Sida

Bien que des recherches soient en cours, à travers le monde, pour la mise au point d’un vaccin contre le Vih-Sida, il n’existe aucun vaccin contre cette maladie.

Le médicament Immunorex-DM28 résultant des travaux du Pr Donatien Mavoungou n’est pas un vaccin contre le Vih-Sida comme l’ont relayé plusieurs médias. Il s’agit plutôt d’un procédé de renforcement du système immunitaire et d’inhibition de la réplication du VIH.

Les effets préventifs prêtés à ce médicament proviennent «d’une confusion par un journaliste gabonais » entre le médicament Immunorex-DM28 et les travaux d’une biotech française dénommée Biosantech présente à la conférence de presse de Libreville.

Le Professeur Mavoungou, lui-même, admet que ce médicament «n’est pas un vaccin tel qu’on l’entend dans la classification OMS».

Edité par Assane Diagne

Lire sur le même sujet : Ces faux remèdes contre le Sida : Angel Zapper, Garani MW1, Topvein, SF2000

 

 

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Comment on this report

Comments 3
  1. By LOKAS

    Je pense qu’il est temps pour l’Africain »d’arrêter de fuir ses responsabilités, de prendre conscience de son potentiel et d’arrêter d’attendre le son de la trompette de l’autre côté à titre « d’autorisation » pour se mettre en confiance. Le vaccin du SIDA EST LA. IMMUNOREX……. Arrêtons de jouer sur des sémantiques pour dire la même chose en d’autres termes. Certes l’OMS reste l’organe régulateur mondial de la Santé et fonctionne sur une déontologie, c’est normal que le Pr MAVOUNGOU sans rejeter l’efficacité de sa découverte ne peut se prévaloir de la qualifier de « vaccin », afin d’éviter d’avoir toute la science sur son dos. Cet émérite chercheur a déjà beaucoup fait d’apparaître en public et de divulguer les fruits de ses recherches. Arrêtons de l’exposer par des interviews qui ne nous apprendrons plus rien car tout a été dit, et rapprochons nous de la source pour sauver des vies, c’est le plus important.
    Je répète que le Vaccin est là, mais n’attendons pas le son de la ‘trompette ». Elle ne viendra JAMAIS si la primauté de la découverte ne leur appartiendra pas. Cette découverte est du côté des « laisser pour comptes » par conséquent, le son de la trompette ne viendra jamais.
    Ne comptons pas sur nos gouvernements, comptons sur nous mêmes d’abord. Nos états ne réussissent-ils pas des emprunts obligataires pour des projets structurants en tendant la main à des opérateurs multi-sectoriels de leur économie? Pourquoi ne pas le faire pour prendre nous mêmes en main les destinées de ce médicament tant attendu?
    Ne nous leurrons pas, toute cette tergiversation scientifique est essentiellement liée à une bataille de laboratoire d’exclusivité de fabrication et de distribution, eu égard des potentiels bénéfices encourus. Suivez mon regard SVP……………………………….

  2. By Amy

    I really like what you guys are usually up too.

    Such clever work and coverage! Keep up the very good works guys I’ve included
    you guys to my own blogroll.

  3. By Jacob

    Ce Dr a besoin des encouragements non pas d’être rejeté a la vindicte du gouvernement gabonais en interdisant l’utilisation de cette nouvelle découverte
    Pour un africain, mettre déjà une telle molécule sur pied, est un acte d’une valeur Herculéenne. Dieu seul sait dans quelles conditions nos éminents chercheurs triment pour l’obtention de fonds a la recherche.
    Croyez-vous qu’en agissant ainsi d’autres têtes pensantes auront ce courage de divulguer le résultat des durs labeurs consentis durant des décennies ?
    Nos états feraient mieux de mettre sur place un groupe de chercheurs qui conjugeront leurs efforts afin de mettre a jour enfin ce précieux sésame non seulement au peuple africain parce-que c’est lui qui en a plus besoin vu son taux élevé de personnes partageant leur quotidien avec ce virus mortel mais aussi a la disposition de toutes ces personnes dans le monde vivant avec ce mal qui les ronge jour et nuit.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*