Non, le Sénégal n’abritera pas la plus grande centrale solaire d’Afrique subsaharienne (actualisé)

La centrale solaire que va abriter le village de Bokhol, dans le département de Dagana (Nord du Sénégal), a été présentée par ses promoteurs comme la plus grande d’Afrique subsaharienne. Vérification faite, l’affirmation est fausse.

Cet article a été actualisé pour prendre en considération la réaction du directeur de Greenwish Partners Gilles Parmentier. Nous l’avons publiée en bas de l’article.

Cité par l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), Mamadou Saliou Sow, directeur du projet dit Senergy2, piloté par l’entreprise française GreenWish Partners, a déclaré, lors du lancement des travaux, qu’il s’agira de « la plus grande centrale solaire de l’Afrique subsaharienne ».

Dans le même texte, l’APS a aussi cité le directeur de Greenwish Partners, le Français Gilles Parmentier, qui parle de « la plus grande de l’Afrique de l’ouest ».

Le Sénégal sera-t-il doté de la plus grande centrale photovoltaïque d’Afrique subsaharienne ou d’Afrique de l’Ouest ? Existe-t-il des centrales plus puissantes ailleurs dans la même région ?

Joint par Africa Check, Mamadou Saliou Sow a confirmé les propos qui lui sont attribués par l’APS. « En Afrique de l’Ouest, il n’y a pas encore une centrale de cette capacité », a-t-il déclaré.

Par contre, M. Parmentier de GreenWish Partners n’a pas répondu à nos sollicitations qui lui ont été adressées par courriel.

 Bokhol en chiffres

 Bâtie sur une superficie de 20 hectares, la centrale photovoltaïque de Bokhol sera dotée d’une puissance de 20 mégawatts (MW). Elle va coûter globalement 20 millions d’euros (plus de 16 milliards de francs CFA). L’infrastructure sera composée de 75 000 panneaux solaires placés sur une longueur cumulée de 20 kilomètres.

Quid de Kalkbult et De Aar en Afrique du Sud ?

 La centrale de Kalkbut, dans la province du Cap, en Afrique du Sud qui a démarré en septembre 2013, possède une puissance de 75MW, indique sur son site web son constructeur, l’entreprise norvégienne Scatec Solar.

Toujours dans la même province du Cap, la centrale photovoltaïque de De Aar inaugurée en mars 2016 a une production de 50MW, a confié à Africa Check, Tina Meier, la chargée de communication du projet.

En outre, cette nouvelle centrale comprend plus de 100 mille panneaux solaires et occupe une superficie de 100 hectares.  Une centrale assez similaire à celle de De Aar est aussi en construction à Kimberley dans la province du Nord Cap. Cette centrale aura une capacité de 50MW.

155 MW attendus de la centrale de Nzema au Ghana

La centrale de Ouarzazate inaugurée en février 2016 au Maroc est actuellement la plus grande d'Afrique de par sa puissance. Photo AFP
La centrale de Ouarzazate inaugurée en février 2016 au Maroc est actuellement la plus grande d’Afrique de par sa puissance. Photo AFP

Avec une capacité de production de 155 mégawatts, cette centrale sera, selon ses promoteurs, la deuxième plus grande du continent africain et la première d’Afrique de l’Ouest. Elle est parmi les plus grandes au monde.

Construite par l’entreprise britannique Blue Energy, elle sera opérationnelle début 2017 pour un coût total de 350 millions de dollars US.

La centrale photovoltaïque de Nzema (ouest) permettra au Ghana d’augmenter sa production énergétique actuelle de 6%, selon des informations fournies par le constructeur Blue Energy.

D’autres centrales solaires plus grandes que celle de Bokhol sont aussi en construction dans d’autres régions du continent, comme celle de Garissa, au Kenya avec 50 MW.

Hors de l’Afrique subsaharienne, au Maroc, la première tranche de la centrale de  Ouarzazate (construite par l’entreprise saoudienne Acwa Power) a été inaugurée, en février 2016. Elle est actuellement la plus grande centrale solaire d’Afrique avec 160 MW, 500.000 panneaux (sur 480 hectares) de douze mètres de haut.

Ses initiateurs envisagent d’en faire à terme la plus grande centrale solaire au monde 580 MW.

 Conclusion : l’affirmation est fausse

Avec ses 20 MW, Bokhol ne sera ni la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest ni la plus grande en d’Afrique subsaharienne.

Si on se base sur la production et sur les superficies fournies par les données disponibles, il y a des centrales plus grandes, dans la province sud-africaine du Cap dotée chacune de 50 MW.

En Afrique de l’Ouest, Nzema, au Ghana, avec 155 MW, sera la plus grande centrale solaire d’Afrique subsaharienne. Elle sera la deuxième sur le continent derrière celle du Maroc déjà opérationnelle avec une puissance initiale de 160 MW. La centrale de Bokhol, dont les travaux vont démarrer en 2016, est pour le moment à l’état de projet comme celle du Ghana qui est très avancée.

Relu par Assane Diagne

 

La réaction du directeur de Greenwish Partners :

« Comme vous le savez, l’Afrique de l’Ouest regroupe les pays suivants: Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. L’Afrique du Sud et le Maroc en sont donc exclus.

La comparaison Afrique du Sud par rapport au reste de l’Afrique subsaharienne n’est pas possible tant l’Afrique du sud est avancée dans le domaine des énergies renouvelables. La capacité solaire installée en Afrique du Sud atteint 922 MW en fin 2014 (21e rang mondial).

Contrairement à beaucoup d’effets d’annonces actuellement, les travaux ont effectivement démarré à Bokhol et nous vous invitons vous rendre sur site pour en faire le constat. La centrale sera mise en service en octobre 2016 (…). Je vous confirme qu’à cette date-là, Senergy 2 sera la première et la plus grande centrale solaire en opération en Afrique de l’Ouest ».

 

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*