Nos articles par flux RSS

Non, le paludisme ne tue pas 756 000 enfants nigérians par an

Le paludisme est très répandu au Nigéria, mais la maladie tue-t-elle plus de 750.000 enfants chaque année ? Bien que le nombre de morts soit important, il n’est heureusement pas si élevé.

Par Allwell Okpi

Le paludisme sévit au Nigeria, où survient environ un quart des décès dus au paludisme chaque année.

Mais tue-t-il plus de 756 000 enfants nigérians de moins de cinq ans chaque année ?

Le journaliste en santé Chukwuma Muanya a fait cette déclaration dans le journal Guardian du Nigeria en avril 2018. Quand il a été contacté, il a dit que le chiffre provenait d’un document papier fourni par le ministère fédéral de la Santé lors d’un symposium en mars. Cependant, Muanya n’a pas pu fournir le document.

Africa Check a donc testé la déclaration contre des données publiquement disponibles.

732 751 enfants de moins de cinq ans sont morts

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) publie un rapport annuel sur le paludisme, qui comprend des estimations mondiales des cas de paludisme et des décès. Le dernier en date concerne 2016.

Le paludisme a causé environ 445 000 décès dans le monde en 2016. Donc l’affirmation selon laquelle le Nigeria perd plus de 756 000 enfants chaque année ne peut pas être vraie. Cependant, le rapport de l’OMS ne précise pas le nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans dans chaque pays.

 » L’estimation de 756 000 décès dus au paludisme est évidemment incorrecte « , a déclaré à Africa Check le chef de la surveillance du Programme mondial de lutte antipaludique de l’OMS, le Dr Abdisalan Noor ». En fait, il est plus proche du nombre estimé de tous les enfants de moins de cinq ans qui sont morts au Nigeria de toutes les causes en 2016 « .

Environ 732 751 enfants de moins de cinq ans sont décédés au Nigéria en 2016, selon les données du Groupe interinstitutions des Nations Unies sur l’estimation de la mortalité infantile. Le paludisme était à l’origine d’environ 12,5% de ces décès, devance seulement par la pneumonie (19%) comme principale cause de décès.

Les enfants de moins de cinq ans sont particulièrement vulnérables au paludisme dans les zones à forte transmission. C’est parce qu’ils n’ont pas encore l’immunité partielle que les gens acquièrent pendant l’enfance dans ces régions.

Conclusion : l’information sur les décès dus au paludisme chez de jeunes nigérians est fausse

Un journaliste en santé a affirmé que le paludisme tue plus de trois quarts d’un million d’enfants de moins de cinq ans au Nigeria chaque année.

Les enfants sont l’un des groupes les plus vulnérables en ce qui concerne le paludisme dans le monde. La même tendance est constatée au Nigeria, le paludisme n’étant devancé que par la pneumonie comme principale cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans. On pense qu’il a causé 12,5% des décès dans ce groupe d’âge en 2016.

Le chiffre de 756 000 utilisé dans l’article est plus proche du nombre total de décès de toutes causes chez les enfants de moins de cinq ans au Nigeria (732 751).

Traduit de l’anglais. Lisez la version originale.

 

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*