Non, rester assis plus de onze heures par jour n’augmente pas de 50 % vos chances de mourir dans trois ans.

Affirmation

Si vous restez assis plus de 11 heures par jour, il y a 50 % de chances de mourir dans les 3 prochaines années.

Source: Page Facebook "Medical Talk" (Août 2019)

incorrect

Verdict

Explication: Aucune étude n’a démontré que rester assis pendant 11 heures signifie qu'on avait 50 % de chances de mourir au cours des trois prochaines années.

  • Dans un meme, la page Facebook « Medical Talk » évalue le risque de décès prématuré si on reste assis plus de 11 heures par jour à 50 %.
  • Des experts ont déclaré à Africa Check qu’il s’agissait d’une affirmation non fondée et qu’il était nécessaire de poursuivre les recherches.
  • Cependant, ils indiquent que les avantages pour la santé de tout type d'exercice, qu'il soit léger ou intense, sont indiscutables.


« Le saviez-vous? Si vous restez assis plus de 11 heures par jour, vous avez 50 % de chances de mourir dans les 3 prochaines années », lit-on dans un meme publié sur Facebook.

La publication ne précise pas s’il s’agit de rester assis onze heures d’affilée ou du temps total consacré à rester assis au cours d’une journée.

D’autres sites internet ont également établi un lien entre la position assise prolongée et le décès prématuré, dont cette publication indiquant un risque inférieur à 40 % pour les mêmes 11 heures.

Mais écourtons-nous pour autant nos vies en restant assis pendant de longues heures ?

Étude de 2012 liée à l’affirmation

Il existe peu d’informations disponibles sur la page Facebook « Medical Talk » qui a publié la déclaration. Nous n’avons non plus retrouvé aucune recherche indiquant une probabilité de décès de 50 % au cours des trois prochaines années en raison du fait d’être assis de façon prolongée.

Cependant, une étude de 2012 à propos du lien entre le temps en position assise et la mortalité a été publiée dans la revue JAMA Internal Medicine. Elle donne le même chiffre de 11 heures.

L’étude, portant sur 222.497 adultes australiens âgés de 45 ans et plus, a conclu que le risque de décès augmente lorsqu’une personne reste assise longtemps. C’était après avoir tenu compte de variables telles que le sexe, l’âge, le niveau d’instruction, l’activité physique, l’indice de masse corporelle et l’invalidité.

L’étude a été largement relayée à l’époque par des médias internationaux tels que Forbes et le Guardian. Les deux organes ont indiqué que les recherches avaient révélé que les personnes qui restent assises pendant 11 heures ou plus par jour avaient un risque de décès accru de 40 % au cours des trois prochaines années, par rapport à celles qui ne restaient assises que quatre heures par jour.

Nous avons ensuite demandé à des experts si la statistique de 50 % était valide.

La statistique est «une fausse affirmation»

Jeff Vallance est Professeur à la Faculté des Sciences de la Santé de l’Université Athabasca, une université canadienne spécialisée dans l’éducation en ligne. Il a effectué de nombreuses recherches sur les questions de santé liées au comportement en position assise et à l’activité physique.

Il a indiqué à Africa Check : «d’après les preuves scientifiques dont nous disposons, tout ce que nous savons, c’est que par rapport aux personnes qui restent assises le moins, les personnes assises le plus souvent (plus de 9 ou 10 heures par jour) ont un risque accru d’environ 20 % de mortalité prématurée ».

Emmanuel Stamatakis, un autre universitaire, a confié à Africa Check que la statistique de 50 % était «une fausse affirmation».

« Cette statistique n’a pas de sens, et est loin de ce que l’ensemble des preuves fournies par les recherches montrent », déclare-t-il.

Stamatakis est professeur d’activité physique, de mode de vie et de santé des populations à la faculté de médecine et de santé de l’Université de Sydney en Australie. Ses recherches portent sur les comportements liés à la santé, tels que la position assise, et leur influence sur les maladies du cœur, des poumons, du métabolisme et de l’esprit, ainsi que sur les risques de décès.

Aucune étude ne dit cela

«  Rester assis est un risque pour la santé des populations physiquement inactives », a déclaré Stamatakis. Mais, a-t-il précisé, « le fait de respecter ne serait-ce que le seuil minimal des directives relatives à l’activité physique modérée, élimine effectivement le risque ».

« Aucune étude n’a montré qu’il y a 50 % de chances de mourir dans les x prochaines années », a-t-il affirmé.

L’activité physique aide beaucoup

Ulf Ekelund, Professeur de médecine sportive à l’Ecole Norvégienne des Sciences du Sport, est auteur de nombreux articles sur le rôle de l’activité physique dans la réduction du risque de mortalité prématurée.

Une étude menée en 2016 par Ekelund et ses collègues révèle qu’« un niveau élevé d’activité physique d’intensité modérée, de 60 à 75 minutes par jour, semble éliminer le risque accru de décès associé au temps passé en position assise ».

Toutefois, l’étude a également indiqué que « ce niveau d’activité physique élevée atténue, mais n’élimine pas le risque accru associé à une durée de visionnage prolongée de la télévision ».

« Lorsque les auteurs ont exclu tous ceux qui avaient signalé une maladie au départ et n’avait examiné que ceux qui étaient en bonne santé, cette association avait complètement disparu ».

Il a par ailleurs dit à Africa Check qu’à son avis, l’affirmation du meme était « infondée ».

Conclusion: aucune preuve que rester assis plus de onze heures augmente de 50 % le risque de décès, mais il faut davantage d’activité physique

Une page Facebook « médicale » d’origine incertaine affirme que si on reste assis plus de 11 heures par jour, on a 50 % de chances de mourir dans les trois prochaines années.

Des experts ont expliqué à Africa Check que, même si passer trop de temps en position assise est un risque pour la santé, risque qui est aussi lié au décès prématuré, aucune étude n’a déterminé que ce risque était de 50 %.

De plus, l’activité physique réduit considérablement le risque de décès prématuré. Des recherches supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine, mais le message est clair: tout type d’activité physique, qu’elle soit légère ou intense, est bénéfique.

Traduit de l’anglais lire l’article original ici

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.