Oui, 60% des ruraux ouest-africains n’ont pas d’électricité

En Afrique de l’Ouest, 60% des populations rurales n’ont pas d’électricité, a récemment dit un expert de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Ses propos sont-ils fondés ?

«En Afrique de l’Ouest, 60% des populations rurales n’ont pas d’électricité. La sous-région fait partie des dernières au monde en termes d’accès à l’énergie moderne », a indiqué Yuri Lima Handem, coordinateur de la Cellule de facilité et d’appui à l’entrepreneuriat dans les énergies renouvelables (CEREEC) de la CEDEAO.

Il s’exprimait lors d’un atelier de la CEREEC, une agence spécialisée de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), sur l’accès à l’énergie pour les populations de la sous-région.

«Les statistiques montrent que les pays d’Afrique de l’Ouest sont parmi ceux ayant le taux d’accès à l’énergie le plus faible au monde», a indiqué l’expert en énergie renouvelable.

Est-ce réellement le cas ? Africa Check a cherché les preuves.

D’où vient ce chiffre ?

«Les rapports réalisés par des institutions internationales renseignent que le taux d’accès  à l’énergie moderne, notamment l’électricité, demeure faible  en Afrique subsaharienne et en Afrique de l’Ouest », a expliqué Yuri Lima Handem contacté par Africa Check.

C’est la raison pour laquelle, a-t-il dit, «les Etats de la CEDEAO se sont engagés à investir dans la diversification des sources d’énergie notamment le solaire pour améliorer la situation surtout en milieu rural».

Dans son Plan d’action 2011-2016, la CEEREC mentionne que les ménages ouest-africains ayant accès à  l’électricité sont environ 20%. Mais il existe un large gap entre les milieux urbain et  rural. Le taux d’accès est de 40% dans les centres urbains, alors qu’il varie entre 6 et 8% en zone rurale.

Quel taux d’électrification rurale pour l’Afrique de l’Ouest?

Le World Energy Outlook 2016, un rapport annuel produit par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), renseigne sur le niveau d’électrification rurale dans l’espace CEDEAO. Seuls le Sénégal, le Ghana et le Cap-Vert ont atteint la barre des 40%. 

 

Dix pays de la région n’ont pas 20% d’électrification rurale

Dans le cadre de son programme «Sustainable Energy For All», la Banque mondiale a produit des données sur l’évolution de l’électrification rurale dans le monde, particulièrement en Afrique.

Les pays ouest-africains y figurent en bonne place. Parmi les quinze Etats membres, dix n’ont pas atteint un taux d’électrification rurale de 20%.

 

 «42% des Africains ont accès à l’électricité»

L’«Etude relative au diagnostic et  à l’évaluation des besoins de renforcement des capacités du secteur de l’énergie » réalisée par la Banque africaine de développement (BAD) confirme que «l’Afrique a le taux d’électrification le plus bas au monde».

«On estime qu’à peine 42 % de la population ont accès à l’électricité, contre 75 % dans les pays en développement en général. En Afrique subsaharienne, le ratio est bien inférieur, et même lorsque l’énergie moderne est disponible, elle est onéreuse et peu fiable », relève la BAD.

Les études similaires mettent également la CEDEAO dans le lot des pays de l’Afrique  subsaharienne. C’est le cas pour le dernier classement de l’AIE. Il attribue une moyenne globale de 28% à l’Afrique, toutes les sous-régions confondues.

Qu’est-ce qui ralentit l’accès à l’électricité ?

Le chargé des relations avec les médias à l’AIE, John Custer, a confié à Africa Check que, «selon les études menées par l’Agence,  l’Afrique subsaharienne a plus de personnes vivant sans accès à l’électricité que n’importe quelle autre région du monde».

«C’est aussi la seule région au monde où le nombre de personnes vivant sans électricité augmente, car la croissance rapide de la population dépasse les nombreux efforts des Etats pour faciliter l’accès », selon lui.

Dans 37 pays subsahariens, a dit M. Custer, «le nombre de personnes sans électricité a augmenté depuis 2000. Cependant, les Etats investissent de plus en plus dans le secteur de l’électricité. Ceci a fait que  près de  200 millions de personnes ont eu accès à l’électricité depuis 2000. Mais c’est largement insuffisant».

«Dans  l’ensemble, le taux d’accès à l’électricité en Afrique subsaharienne s’est quand même amélioré de 23% en 2000 à 32% en 2012. Des pays comme l’Afrique du Sud, le Ghana, le Cameroun, l’Ethiopie, le Mozambique ont fait beaucoup d’efforts dans ce sens», explique-t-il.

Conclusion : l’affirmation est fondée

Le monde rural ouest-africain a un faible accès à l’énergie moderne. Au même titre que l’Afrique subsaharienne, l’espace  CEDEAO détient le taux d’électrification le plus faible au monde.

Les données de l’Agence internationale de l’énergie (AIE)  et de la Banque mondiale confirment les propos de l’expert du CEDEAO, Yuri Lima Handem.

Toutefois, les études de l’AIE reconnaissent que d’importants investissements publics sont en train d’être faits par les pays subsahariens, mais ils ne sont encore à la hauteur de la croissance démographique.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*