Nos articles par flux RSS

Oui, le magistrat malien est le moins bien payé dans l’espace UEMOA

Comments 1

 La condition du magistrat malien est de loin moins reluisante que celle de son homologue des pays voisins, a déclaré le président du Syndicat autonome de la magistrature (SAM) du Mali. Les données disponibles lui donnent raison.

Par Birame Faye

Evoquant sur les motifs de  la grève déclenchée par le SAM, son président Mohamed Chérif Koné a déclaré sur RFI, le 10 janvier 2017, que «les conditions dans lesquelles nous évoluons ne peuvent pas du tout permettre aux magistrats d’être indépendants».

«La précarité, elle est totale. Et si je vous dis que le magistrat du Mali le plus gradé n’a pas le traitement d’un magistrat débutant de la sous-région», a-t-il souligné.

Les magistrats maliens sont en grève illimitée depuis le 9 janvier 2017. Ils exigent notamment l’augmentation de leurs salaires, primes et indemnités, en plus de la relecture du statut de la magistrature.

Les magistrats maliens sont-ils les moins bien payés de la sous-région ?

Sur quoi le syndicat s’est-il basé ?

Africa Check est entré en contact avec Dramane Diarra, chargé des relations extérieures du SAM. Celui-ci a rappelé que «nous appartenons tous à l’Union internationale des magistrats et nous faisons souvent des échanges d’informations sur les grilles salariales. Vous pouvez en trouver sur internet».

«En parlant de sous-région, nous faisons allusion aux pays voisins du Mali, de la zone UEMOA [Union économique et monétaire ouest-africaine]. Nous n’osons pas nous comparer aux pays anglophones de la CEDEAO [Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest] comme le Nigéria. Dans l’UEMOA, le Mali est souvent comparé au Sénégal où l’indemnité de judicature est à 800 000 F CFA», a-t-il dit.

Les membres de la Cour constitutionnelle, une des plus hautes juridictions du Mali. Photo AFP

Les membres de la Cour constitutionnelle, une des plus hautes juridictions du Mali. Photo AFP

«C’est inacceptable que l’on perçoive la moitié du salaire du magistrat nigérien débutant qui  est de 700 000 F CFA environ. Récemment, il y a eu de fortes augmentations au Burkina Faso. Même en Guinée Conakry, il y a eu des augmentations importantes de salaires. Nous n’osons pas parler de la Côte d’Ivoire où le  président Laurent Gbagbo avait doublé les salaires des magistrats en 2008.  On peut aussi comparer le Mali à la Guinée-Bissau sur le plan économique pour autoriser une comparaison entre des salaires de magistrats », a expliqué Dramane Diarra.

Il a indiqué qu’ «au Mali, il faut 16 ans de carrière pour toucher 500 000 F CFA à la fin du mois et même le président de la Cour suprême qui a un rang d’institution n’a pas 1 000 000 F CFA par mois».

Il y a trois ans, ce salaire jugé bas avait été évoqué par le président du SAM d’alors, Issa Traoré. «Le magistrat malien est le moins bien payé de la sous-région, contrairement à cette tendance qui veut faire croire que les magistrats sont les mieux payés. A titre d’exemple, au Sénégal, la prime de judicature atteint 800.000 FCFA. Au Niger, le salaire du magistrat débutant atteint 700.000 CFA, un montant que le magistrat malien le plus ancien dans le grade le plus élevé ne gagne pas», déplorait-il.

Combien gagne un magistrat sénégalais ou nigérien ?

mali2

La relecture du statut du magistrat, un des points de la plateforme de revendications des magistrats maliens. Photo AFP.

L’ex-président de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS), Abdoul Aziz Seck, s’est désolé de l’idée selon laquelle les magistrats sont les plus choyés des fonctionnaires. Il avait tout de même révélé qu’il touchait  personnellement  «un salaire net de 834.000 F CFA».

Pour sa part, le Niger a fait passer, le 2 décembre 2013, la rémunération des magistrats de 500.000 F CFA, en début de carrière, à 800.000 F CFA. Celle-ci peut « monter jusqu’à un million de francs, après 25 ans de carrière et plus pour les postes en haut de la hiérarchie», selon le ministre de la Justice, Marou Amadou.

Revalorisations au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Togo

Au Burkina Faso voisin, suite à un mouvement d’humeur des magistrats, le président Roch Marc Christian Kaboré a pris, en avril 2016, un décret portant sur la grille indemnitaire et les primes et avantages de toute nature alloués aux magistrats en fonction.

Pour un magistrat basé à Ouagadougou, le cumul des indemnités de fonction, de sujétion, de judicature les plus faibles de la grille consultable en ligne dépasse 575.000  F CFA.

Par ailleurs, en Côte d’Ivoire, en perspective de l’élection présidentielle de 2010, l’ex-président Laurent Gbagbo, à travers un décret signé en février 2008, avait fixé à 250.000F CFA, les indemnités de judicature, de sujétion, de logement et de déplacement, soit un total 1.000 000 F CFA. Ce document est disponible sur le blog ivoir-opinion

Au Togo, suite à une grève, l’Assemblée nationale a adopté, le 31 janvier 2013, la loi qui revalorise le traitement des magistrats. Auparavant, «un magistrat du siège à la Cour suprême partait à la retraite avec moins de 500 000 F CFA, soit 763 euros».

Les Béninois sont-ils mieux lotis?

Africa Check a contacté Michecl Adjaka, le président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB), qui a indiqué que, dans son pays, «un magistrat débutant gagne plus de 500 000 F CFA à la fin du mois».

Michel Adjaka a toutefois précisé que «selon les grades et les fonctions, le magistat peut percevoir plus d’un million de francs CFA ». 

Conclusion : l’affirmation est correcte

Il ne s’agit pas, ici, de se prononcer sur le bien-fondé de la grève des juges magistrats maliens mais de vérifier un fait mis sur place publique.  Le Syndicat autonome des magistrats (SAM) du Mali indique en effet que le magistrat malien doit faire 16 ans de carrière pour percevoir un demi-million de francs CFA à la fin du mois. Il débute sa carrière avec environ 350.000 francs CFA.

Or, selon les données disponibles, dans les autres pays francophones membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), les magistrats ont bénéficié d’une revalorisation de salaires durant ces dernières années.  Ceci fait que les différents salaires payés aux juges débutants ont dépassé la barre 500 000 F CFA par mois.

En conséquence, l’affirmation du président du SAM est correcte.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Comment on this report

Comments 1
  1. By gaspawight

    je suis d’accord avec le SAM partiellement de son analyse. car le parallèle qu’il vient de faire avec les sous régions concernant les salaires et indemnités devrait contenir non seulement les coûts de la vie dans ces pays mais aussi l’écart salarial existant entre les magistrats et les autres corps de la fonction publique malienne.quand vous faites la comparaison, vous verrez que, les magistrats sont les mieux payés au mali sans compter les pourboires qu’ils prennent de deux parties de chaque procès qu’ils font .A mon avis, les magistrats doivent offrir d’abord aux justiciables un procès équitable et juste ce qui n’est pas sure car on dit (l’habitude est une seconde nature) pour avoir leur confiance et en suite prétendre à tel genre d’augmentation de salaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*