Oui, l’Éthiopie est une « des économies dont la croissance est la plus rapide au monde » – mais tout est dans les détails

Affirmation

« L'Éthiopie est l'économie à la croissance la plus rapide au monde »

Source: Dr Peter Kagwanja, à la télévision nationale kenyane

mostly-correct

Verdict

Explication: Selon le classement du FMI, l'Ethiopie a la croissance économique la plus élevée du monde ces 10 dernières années. Elle occupe la deuxième place selon les données de la Banque mondiale.

  • Le Dr Peter Kagwanja de l’African Policy Institute du Kenya a déclaré que l’Éthiopie, un pays de la Corne de l’Afrique, avait l’économie la plus dynamique du monde.
  • Les données du FMI et de la Banque mondiale montrent qu'au cours de la dernière décennie, l'économie éthiopienne a progressé de 9,5 % à 9,8 %.
  • Mais les experts disent que cette croissance doit être mise en contexte, y compris ce qui la motive.


« L’Éthiopie est l’économie à la croissance la plus rapide au monde », a récemment déclaré le Dr Peter Kagwanja, président de l’Africa Policy Institute, un think-tank géopolitique basé à Nairobi au Kenya.

Décrivant la croissance comme « astronomique », il a prédit que l’Éthiopie deviendrait une « puissance majeure » en Afrique de l’Est. Mais il a averti que si le pays « explosait », cela emporterait toute la région.

L’Éthiopie compte  environ 94,3 millions de personnes. Récemment, le pays a attiré beaucoup d’attention avec une série de réformes, y compris pour son économie.

Mais est-il vrai que l’économie éthiopienne croît plus rapidement que toutes les autres ? Nous avons vérifié.

Le FMI affiche une croissance moyenne de 9,5 %

Africa Check a demandé à Dr Kagwanja la source de ses informations. Il a déclaré que les données se trouvaient dans les rapports du Fonds Monétaire International et de la Banque mondiale.

Selon les données les plus récentes du FMI, l’économie éthiopienne a connu une croissance de 7,71 % en 2018 (contre 10,15 % en 2017). Mais elles montrent également qu’au moins quatre autres pays – la Libye (17,8 %), l’Érythrée (12,2 %), le Rwanda (8,6 %) et le Bangladesh (7,9 %) avaient des taux de croissance estimés plus élevés.

Nous avons donc demandé au FMI si la déclaration telle qu’énoncée était exacte. Catriona Purfield, directrice adjointe du Département Afrique du FMI, nous a donné des chiffres sur la croissance du pays au cours des 10 dernières années.

« La croissance du PIB réel de l’Éthiopie a été [en moyenne] de 9,5 % par an entre 2010 et 2019. Ce qui en fait la plus élevée au monde, selon la base de données du World Economic Outlook », a-t-elle déclaré à Africa Check.

Le taux moyen de croissance économique mondiale était de 3,8 %

Purfield a partagé avec nous un lien qui mène vers les données de croissance économique portant sur 194 pays. Le Soudan du Sud est exclu en raison des conflits et d’un manque de données connexes. Cependant, le FMI a indiqué qu’il ne surveillait pas certains pays, dont Cuba et la Corée du Nord qui n’en sont pas membres.

Au cours de la même période, le pays insulaire de Nauru a enregistré la deuxième plus forte croissance, à 9,1 %. Le Turkménistan (8,7 %), la Mongolie (7,9 %) et la Chine (7,6 %) complètent la liste des cinq économies à la croissance la plus rapide, avec un taux de croissance économique mondial moyen mesuré à 3,8 %.

Le FMI indique que ses équipes dans chaque pays font des prévisions qui tiennent ensuite compte des projections individuelles des pays. Le FMI note donc que « la méthodologie peut varier d’un pays à l’autre… en fonction de nombreux facteurs ».

Qu’est-ce que le produit intérieur brut ?

Le produit intérieur brut, ou PIB, est largement utilisé dans la mesure de la santé d’une économie. Il s’agit de la valeur marchande de tous les biens et services finaux produits dans un pays au cours d’une période donnée, généralement une année.

Le PIB réel exclut l’inflation et est considéré comme une mesure plus précise que le PIB nominal ou « prix courant ». Le FMI affirme que « lorsque le PIB augmente, surtout si l’inflation n’est pas un problème, les travailleurs et les entreprises sont généralement mieux lotis que lorsqu’ils ne le sont pas ».

D’une manière générale, lorsque le PIB réel augmente, les gens ont plus d’argent. Mais dans certains cas, selon le FMI, cette croissance du PIB peut ne pas être assez rapide pour créer les emplois nécessaires aux personnes sur le marché du travail.

Pourquoi regarder la croissance sur 10 ans ?

Une période plus longue plutôt qu’une seule année permet de tenir compte de l’impact de facteurs spéciaux, tels que la reprise de la production de pétrole après un conflit, les sécheresses ou les cycles économiques, a expliqué Purfield.

« Dix ans donnent une vision plus longue de la performance qui est moins impactée par les facteurs ponctuels », a-t-elle déclaré.

Le professeur Jannie Roussouw, directeur de l’école des sciences économiques et commerciales de l’Université de Witwatersrand, confirme qu’« une décennie est une bonne indication d’une tendance à la croissance, qui peut varier d’une année à l’autre ».

L’Ethiopie mène également la croissance du PIB par habitant

Roussow a également déclaré que la variation du PIB réel par habitant était une autre mesure utile de la croissance.

Purfield du FMI, ajoute que lorsque la population était prise en compte « en termes d’habitants, la croissance de l’Éthiopie était de 7,7 % par an au cours de la même période, toujours la plus élevée du monde ».

Et puis vient la Chine, avec 7,1 %, suivie du Turkménistan avec 6,8 %, et de l’Inde, la Mongolie et le Myanmar avec 5,8 %. (Remarque: Bien que la croissance du PIB par personne soit une mesure moyenne utile, elle n’indique pas le revenu personnel ni la façon dont il est distribué).

Nauru en tête, dans les données de la Banque mondiale

À son tour, la Banque mondiale a redirigé Africa Check vers ses World Development Indicators (indicateurs de développement du monde), une base de données publique de 217 économies – 189 pays membres et 28 « autres » économies.

Elle note que le terme « pays » est utilisé de manière interchangeable avec « économie », mais cela n’implique pas l’indépendance politique. Il fait plutôt référence à « tout territoire pour lequel les autorités communiquent des statistiques sociales ou économiques distinctes ».

Les données de la Banque mondiale montrent que le PIB constant (réel) de l’Éthiopie a augmenté de 6,8 % en 2018. D’autres pays ont enregistré une croissance supérieure à celle-ci, notamment la Libye (7,8 %), le Cambodge (7,5 %), l’Inde et la République dominicaine (7 % chacun) et la Mongolie avec 6,9 %.

La Banque Mondiale a guidé Africa Check à travers ses données de PIB constant. Lorsqu’une moyenne entre 2009 et 2018, pour laquelle il existe les données les plus récentes, a été prise, Nauru, qui compte environ 11 200 personnes, a connu la croissance la plus élevée, avec 12,9 %.

L’Éthiopie s’est classée deuxième avec une croissance moyenne de 9,8 %, suivie du Turkménistan avec 8,7 %.

« Répartition des revenus relativement équitable »

Mizuki Yamanaka est statisticien à l’unité des données sur le développement de la Banque mondiale. Il fait savoir à Africa Check qu’il était important de savoir ce qui avait stimulé la croissance lors de la comparaison des économies.

« Par exemple, vous ne pouvez pas dire que l’Éthiopie a dépassé économiquement les États-Unis entre 2010 et 2019 au motif que le taux de croissance était plus élevé, car les situations de leurs économies sont complètement différentes ».

« Il y a de nombreux autres éléments à considérer tels que le niveau de développement, l’économie d’échelle, les inégalités dans le pays, la gouvernance et l’ouverture du marché, les niveaux de prix, etc.», argue-t-il.

Purfield du FMI a argumenté que la forte croissance « était due aux emprunts extérieurs des entreprises publiques et aux investissements dans les infrastructures », ce qui a entraîné des « déséquilibres ».

« Les réformes sont essentielles pour maintenir une croissance élevée et créer des emplois indispensables ».

Les analystes sont unanimes là-dessus. Certains, comme Stephanie Jay dans cet article pour la publication panafricaine Africa is a Country, ont fait valoir qu’en ce moment où l’économie éthiopienne s’ouvre, de nombreuses personnes pourraient être exclues.

Croissance « non ressentie par le citoyen ordinaire »

Les chiffres semblent gros, mais la croissance n’a pas été ressentie par « le citoyen ordinaire dans les rues d’Addis-Abeba ou dans les zones rurales ». C’est ce que dit le professeur Adugna Lemi, président du département d’économie de lUniversité du Massachusetts à Boston, aux États-Unis.

« C’est parce que le taux de croissance élevé du PIB est principalement dû à la construction et à d’autres secteurs de services qui ont peu d’impact en termes de création d’emplois ou de salaires élevés », indique Lemi à Africa Check. « En d’autres termes, il n’y a pas eu de retombées de cette croissance ».

Dr Scholastica Odhiambo est professeur d’économie à l’Université Maseno du Kenya. Elle a écrit abondamment sur les économies d’Afrique subsaharienne. Elle a confié à Africa Check que le « modèle d’économie fermée » mené par l’État éthiopien a étouffé le secteur privé, nuisant à la compétitivité du pays sur le marché mondial.

Toujours selon elle, pour rendre la croissance du pays plus inclusive, il fallait mettre l’accent sur la réduction des goulots d’étranglement.

Conclusion: la croissance économique moyenne de l’Éthiopie au cours des 10 dernières années la place en tête de liste

L’Éthiopie est l’économie à la croissance la plus rapide au monde, a déclaré l’analyste kenyan Peter Kagwanja lors d’un débat télévisé sur la géopolitique est-africaine.

Les données du Fonds monétaire international pour la décennie 2010 à 2019 confirment cette affirmation. L’Éthiopie a le taux de croissance économique le plus élevé des 194 pays suivis par le FMI. Cependant, la Banque mondiale a placé l’Ethiopie au deuxième rang derrière Nauru pour son taux de croissance moyen entre 2009 et 2018.

Nous estimons donc que l’affirmation est  globalement correcte. (Pour en savoir plus sur la façon dont nous évaluons, voir ici.)

Les analystes disent que le pays a encore beaucoup à faire pour que davantage d’Éthiopiens profitent de cette vitesse de croissance élevée.

(Traduit de l’Anglais. Lire l’article original ici.)

© Copyright Africa Check 2020. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*