Poids électoral des Parcelles Assainies: Moussa Sy juste sur Matam, pas sur Fatick

L’opposant Moussa Sy a affirmé que la commune des Parcelles Assainies dont il est le maire fait trois celle de Matam et dix fois celle de Fatick, en termes d’électeurs. A-t-il raison ?

Moussa Sy, maire des Parcelles Assainies — une commune de Dakar —, a récemment indiqué, lors d’un rassemblement politique, que l’électorat de Matam (extrême Nord) représente le tiers de celui de la commune qu’il dirige. Selon lui, les Parcelles Assainies font dix fois plus d’électeurs que Fatick, ville natale du Président Macky Sall dont ce dernier fut le maire.

« Monsieur le Président de la République, respectez le choix des Dakaroises et des Dakarois |…]. Vous avez gagné Pikine, Guédiawaye et Rufisque. C’est ça qui vous a amené au deuxième tour [de l’élection présidentielle de 2012] », a dit M. Sy, dans un message relayé par la presse locale.

« Mais ce n’est pas Matam qui fait le tiers de l’électorat des Parcelles Assainies. Ce n’est pas [non plus] Fatick qu’on peut diviser en dix morceaux par rapport aux Parcelles Assainies », a-t-il ajouté.

Il s’exprimait, le 4 février 2016, lors d’un rassemblement des maires de la ville de Dakar qui entendaient exprimer leur désaccord avec le gouvernement au sujet d’un projet d’embellissement de la Place de l’Indépendance située en plein centre de Dakar.

Le ministre du Renouveau urbain et du Cadre de vie, Diène Farba Sarr, responsable du parti présidentiel, est en conflit ouvert avec le maire de Dakar, Khalifa Sall, à qui il dispute la compétence pour la rénovation et l’embellissement de la Place de l’Indépendance, avec en arrière plan la bataille de la prochaine présidentielle.

Moussa Sy, ancien député et responsable du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) est actuellement proche de Khalifa Sall à qui l’on prête l’intention de se présenter à la prochaine élection présidentielle du Sénégal dont la date n’est pas encore connue.

Le choix des localités de Matam et Fatick n’est pas fortuit, puisqu’elles sont considérées comme des bastions du parti présidentiel, l’Alliance pour la République (APR). D’ailleurs, Macky Sall, originaire de Matam, a été maire de Fatick de 2002 à 2011, avant de démissionner dans un contexte de brouille avec son ancienne formation politique, le PDS.

Contacté par téléphone M. Sy a dit fonder sa comparaison sur les données de l’élection présidentielle de 2012, insinuant qu’actuellement, selon les chiffres issus des nouvelles inscriptions, l’écart est devenu plus grand.

Les chiffres brandis sont-ils justes ? Quel est le poids électoral et démographique des localités qu’il a citées ?  Quelle est leur part dans le score du candidat Sall en 2012 ?

Le poids électoral des Parcelles Assainies par rapport à Matam et Fatick ?

La Commission électorale nationale autonome (CENA), organe chargé du contrôle des élections au Sénégal, indique sur son site web consulté par Africa Check, que la commune des Parcelles Assainies compte 95.563 électeurs.

Pour sa part, celle de Fatick dispose de 18.481 électeurs, tandis que Matam en a 10.412, renseigne la même source.

Africa Check a effectué le calcul qui donne les résultats suivants, à la lumière des chiffres officiels disponibles : la commune des Parcelles Assainies compte donc 5 fois plus d’électeurs que celle de Fatick et 9,5 fois plus que celle de Matam.

En nous basant sur ces chiffres, nous pouvons constater que la différence du nombre d’électeurs entre les Parcelles Assainies et Matam telle que présentée par M. Sy est correcte. Mais il a sous-estimé la différence entre sa commune et Fatick.

Ce tableau montre le nombre d’électeurs des communes des Parcelles Assainies, de Fatick et de Matam lors des élections locales de 2014

Communes Nombre d’électeurs
Parcelles Assainies 95.563
Fatick 18.481
Matam 10.412

Source: CENA

Pikine, Rufisque et Guédiawaye ont-elles grandement contribué au score du candidat Sall au premier tour?

Macky Sall s’est qualifié pour le second tour de la présidentielle de 2012 en obtenant un peu plus de 26% des suffrages, soit 719.360 voix, contre plus de 942.000 voix pour son rival Abdoulaye Wade.

Dans la région de Dakar, qui inclut les départements de Rufisque, Pikine et Guédiawaye, Sall avait largement devancé le candidat sortant en engrangeant 205.338 voix, contre 189.493 pour son adversaire au second tour. Ce score dans la région de Dakar représente environ le tiers de l’ensemble des voix du candidat Sall au premier tour (205.338 pour Dakar sur un total de 719.360 voix obtenues).

 La taille démographique des localités citées

Dans le rapport de son dernier recensement général, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD)  souligne que la commune des Parcelles Assainies compte 159 498 habitants.

Les communes de Fatick et de Matam ont respectivement 28 276 et 17 218 habitants. Donc du point de vue démographique, les Parcelles font 5,6 fois la commune de Fatick et 9,2 fois celle de Matam.

Les villes de Guédiawaye, Rufisque et Pikine dont M. Sy affirment qu’elles ont amené Macky Sall au deuxième tour comptent respectivement 329.659, 221.066 et 1.138.661 habitants;

Tableau montrant le nombre d’habitants des communes des Parcelles Assainies, de Fatick et de Matam, selon le recensement général de 2013

 

Communes Nombre total d’habitants
Parcelles Assainies 159.498
Fatick 28.276
Matam 10.412

Source: ANSD

Conclusion : la comparaison est correcte pour Matam mais fausse pour Fatick

Moussa Sy a eu raison sur sa comparaison entre les Parcelles Assainies et Matam mais a sous-estimé le poids électoral de sa commune par rapport à Fatick.

La commune des Parcelles Assainies fait cinq fois le corps électoral de Matam et non 3 fois, selon les données disponibles à la Direction générale des élections.

Cet écart sur le fichier électoral est confirmé par les données du dernier recensement de l’ANSD qui révèlent que du point de vue démographique, les Parcelles font 5,6 fois la commune de Fatick et 9,2 fois celle de Matam.

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*