Nos articles par flux RSS

Le quart bloquant a-t-il été supprimé de la Constitution sénégalaise ?

Le ministre sénégalais de la Justice, Ismaïla Madior Fall, a affirmé que « le quart bloquant n’existe pas dans la Constitution sénégalaise, parce qu’il «a été supprimé en 2006 ». Cette déclaration est-elle correcte ? Africa Check a vérifié.

Par Samba Dialimpa Badji

Invité de l’émission «Grand Jury» de la radio privée RFM, M. Fall a soutenu que le quart bloquant «n’existe plus dans la Constitution sénégalaise ».

Le Garde Sceaux, par ailleurs professeur agrégé de droit, a même précisé que cette disposition a été « supprimée en 2006 ».

Poursuivant son argumentaire, il a dit que les manifestations du 23 juin 2011 à l’Assemblée nationale avaient été causées par la volonté prêtée à l’ancien président Abdoulaye Wade de «supprimer le second tour et que l’on puisse être élu avec au moins 25 % des suffrages ».

Cette disposition est-elle réellement supprimée de la Constitution ?

Qu’est-ce que le quart bloquant ?

L’article 33 de la Constitution du Sénégal adoptée en janvier 2001 dispose en son alinéa 1 que « le scrutin a lieu un dimanche. Nul n’est élu au premier tour s’il n’a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés représentant au moins le quart des électeurs inscrits ».

Selon Abdoulaye Dièye, professeur de droit constitutionnel à l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, « le quart bloquant est une condition supplémentaire pour pouvoir être élu dès le premier tour. La première condition est d’obtenir la majorité absolue, c’est-à-dire 50 % des voix plus 1 ».

« Cela signifie qu’il faut non seulement avoir la majorité absolue mais aussi le quart des inscrits », a dit le Professeur Dièye à Africa Check.

Quand est-ce que le quart bloquant a-t-il été institué ?

La disposition sur le quart bloquant a été introduite pour la première fois à la faveur de la révision d’octobre 1991, avec la loi constitutionnelle portant révision de la Constitution.

Il s’agit de l’article 28 de la Constitution de 1963 qui dispose que «nul n’est élu au premier tour s’il n’a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés représentant au moins le quart des électeurs inscrits ».

Le débat sur le quart bloquant a été remis au goût du jour à la faveur du projet de loi sur le parrainage des candidats à l'élection présidentielle. Photo AFP.

Le débat sur le quart bloquant a été remis au goût du jour à la faveur du projet de loi sur le parrainage des candidats à l’élection présidentielle. Photo AFP.

Le Professeur Dièye rappelle que la disposition sur le quart bloquant a été supprimée une première fois en 1998 à la faveur de l’adoption de la loi du 10 octobre 1998 portant révision des articles 21 et 28 de la Constitution. Elle a été réintroduite avec la Constitution adoptée en janvier 2001 dans l’article 33.

Il a souligné tout de même qu’une disposition similaire existait déjà dans la Constitution de 1963. Mais dans la Constitution de 1963 « il était exigé non pas d’obtenir le quart des inscrits, mais le tiers », précise-t-il.

Il s’agit en effet de l’article 28 de la Constitution de 1963 qui disposait que « nul n’est élu au premier tour du scrutin s’il n’a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés représentant au moins le tiers des électeurs inscrits ».

La disposition fut supprimée par la suite lors d’une autre révision de la Constitution survenue en 1983.

Le quart bloquant a-t-il été réellement supprimé en 2006 ?

En 2006, l’article 33 de la Constitution a effectivement été révisé, à la faveur de la loi du 15 novembre 2006 modifiant l’article 33 de la Constitution ».

C’est au cours de cette révision qu’avait été institué le droit de vote des membres des corps militaires et paramilitaires ainsi que la tenue du second tour le 3e dimanche de la proclamation des résultats.

L’exposé des motifs de cette loi montre qu’il y avait également un autre objectif, qui était de supprimer le quart bloquant. Et le législateur donne comme raison le fait que « la participation aux différents scrutins n’étant pas une obligation, l’exigence d’un quart des inscrits communément appelé quart bloquant, en plus de la majorité absolue des votants pour l’élection du président de la République au premier tour est de nature à fausser le jeu démocratique ».

Et c’est ainsi qu’après l’adoption de la loi, le nouvel article 33 de la Constitution de 2001 dispose, en ses deux premiers alinéas, que «nul n’est élu au premier tour s’il n’a pas obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés».

Conclusion : la déclaration est correcte

Le ministre sénégalais de la Justice, Ismaïla Madior Fall, a affirmé que la disposition sur « le quart bloquant » a été supprimée en 2006 par l’ancien président Abdoulaye Wade.

Une lecture des différents textes constitutionnels du Sénégal a permis de constater qu’une révision de l’article 33 de la loi fondamentale survenue en novembre 2006 a effectivement supprimé la disposition faisant obligation d’obtenir, en plus de la majorité absolue, au moins le quart des inscrits. Ce qui est communément appelé « quart bloquant ».

Ce que confirme le constitutionnaliste Abdoulaye Dièye de l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

La déclaration est donc correcte.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*