Sénégal : 25 % des filles ont-elles subi une mutilation génitale ?

Affirmation

''Une fille sur quatre au Sénégal a subi une mitulation génitale féminine".

Source: George Hodgson, ambassadeur de Grande Bretagne au Sénégal (4 septembre 2018)

misleading

Verdict

Explication: La prévalence de la pratique est calculée en tranche d'âge. Les dernières statistiques montrent qu'elle est de 21 % chez les -19 ans et de 14 % chez les -14 ans.

  • L’ambassadeur de la Grande-Bretagne a déclaré qu’une fille sur quatre au Sénégal a subi une mutilation génitale.
  • Les données officielles montrent que ce taux de prévalence date de 2009.
  • Les dernières statistiques de l’ANSD renseignent sur la prévalence de la pratique sur différentes tranche d’âge. Elle est de 21 % pour les filles de moins 19 ans et 14 % pour les filles de moins de 14 ans.


« Malheureusement, une fille sur quatre au Sénégal a subi la mutilation génitale féminine. Avec l’appui de @DFIDUK et encadrées par Amnesty International, ces femmes ont eu des vrais succès dans la lutte contre cette pratique dangereuse. Les témoignages sont inspirants », a regretté l’ambassadeur, dans un tweet posté le 4 septembre 2018.

La veille, M. Hodgson a présidé un atelier organisé par la section sénégalaise d’Amnesty International, dans le cadre du programme « Réduire le taux de mariages précoces et de mutilations génitales féminines dans trois pays : le Sénégal, la Sierra Léone et le Burkina Faso ».

Dans un reportage diffusé par le site d’informations dakaractu.com, le diplomate a fait le même constat. « Malheureusement, il y a toujours à peu près un quart des filles qui subissent la mutilation génitale. C’est quelque chose qui nuit à leur santé et qui freine le développement social du pays », a-t-il souligné.

Nous avons examiné cette déclaration.

D’où tient-on ce taux ?

Africa Check a envoyé un courriel au service presse et relations publiques de l’ambassade de Grande Bretagne à Dakar.

En parlant, l’ambassadeur « avait en tête les trois pays couverts par ce projet financé par le gouvernement britannique », a répondu le chargé des affaires, Ibrahima Bob.

Pour avoir plus d’éléments sur la question, il a mis en relation Africa Check avec Aminata Dièye, la coordonnatrice du programme à Amnesty International.

Une « pratique continue mais cachée »

« Son Excellence n’a pas parlé de taux relatif au Sénégal, il a plutôt parlé de risque au Sénégal, mondial, et spécifiquement au niveau de l’Afrique de l’Ouest », a confié Mme Dièye à Africa Check.

Elle a précisé qu’« il était difficile de parler de taux dans la mesure où la pratique continue de manière anonyme, cachée à cause de la loi ».

« De plus en plus, la pratique se fait sur de petites filles. Le taux officiel est par tranche d’âge selon les chiffres des agences des Nations Unies (voir rapport FNUAP, UNICEF et OMS) », a-t-elle ajouté.

Que disent ces organisations ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) renseigne que le taux de prévalence des mutilations génitales était de « 28,2 % », en 2005.

Un « aperçu statistique » sur les « mutilations génitales féminines/excision » réalisé par l’Unicef, en 2009, renseigne que le taux des filles et femmes âgées de 15 à 49 ans victimes de cette pratique était de 26 %, soit un peu plus d’une femme sur quatre. A l’époque, le pourcentage des filles de 0 à 14 ans était de 12 % au Sénégal.

Un an auparavant, la « Déclaration interinstitutions » co-signée par le Haut commissariat des droits de l’homme (HCDH), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’ONUSIDA, le PNUD, ainsi que six autres organisations onusiennes renseignaient que le Sénégal était dans le lot des pays africains ayant un taux de mutilations génitales entre 25 et 50 %.

La pratique a-t-elle gagné de l’ampleur ?

Lors de la célébration de la journée mondiale des mutilations génitales au Sénégal, en février 2018, l’Unicef a indiqué que le pourcentage est désormais de 14 % chez les filles âgées de moins de 15 ans.

Ce taux est l’un des résultats de l’enquête démographique continue réalisée par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (EDS continue) 2016.

L’ANSD précise, dans ce rapport, qu’il y a un « rajeunissement de la pratique de l’excision » au Sénégal et recommande la « prudence dans le taux de prévalence », compte tenu son « caractère caché ».

Taux de prévalence de l’excision au Sénégal en 2016

Tranche d’âge Taux de prévalence
15 à 49 ans 23%
15 à 19 ans 21%
10 à 14 ans 14%

Source : ANSD

Conclusion : le chiffre est caduc et peut induire en erreur

L’ambassadeur de la Grande Bretagne a déclaré qu’une fille sur quatre au Sénégal a subi une mutilation génitale.

Les données officielles montrent que ce taux de prévalence date de 2009. Elle a évolué depuis lors. Les dernières statistiques de l’ANSD renseignent sur la prévalence de la pratique sur différentes tranche d’âge.Elle est de 21 % pour les filles de moins 19 ans et 14 % pour les filles de moins de 14 ans.

Nous estimons donc que le chiffre est caduc et peut prêter à confusion car il n’y a pas un âge défini pour identifier les filles dans les différents rapports officiels portant sur le sujet.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*