Le Sénégal importe-t-il le quart de sa consommation en sel ?

La chaine de télévision Canal+ a récemment annoncé que le Sénégal, principal pays producteur de sel en Afrique de l’Ouest, importe pourtant le quart de sa consommation. Africa Check a vérifié.

Dans son édition du 4 juillet 2017, l’émission Réussite diffusait un reportage sur le business du sel au Sénégal. Ainsi, on y apprenait que le Sénégal, premier producteur ouest-africain de sel, importe le quart de sa consommation.

Le reportage, une co-production Jeune Afrique-Canal+, soulignait que le Sénégal, premier producteur de sel en Afrique de l’Ouest, avec 450 000 tonnes chaque année, importe le quart de sa consommation de sel.

Nous avons cherché les preuves de cette affirmation.

Sur quoi Réussite s’est-elle basée ?

Africa  Check a contacté les animateurs de l’émission qui ont précisé que «les chiffres de la production globale proviennent du ministère sénégalais de l’Economie ».

«Ce sont ceux de 2015 car à l’époque du tournage du sujet les chiffres 2016 n’étaient pas disponibles», ajoutent-ils, dans un courrier électronique.

«446 976 tonnes de sel produites en 2015»

La Direction du redéploiement industriel (DRI) du ministère de l’Industrie et des Mines produit un document regroupant les principales productions industrielles au Sénégal et leurs estimations en milliers de tonnes de 1996 à 2015.

Toutefois, ce document transmis à Africa Check ne représentait que la production d’un échantillon d’unités des grandes entreprises industrielles, sans inclure les Groupements d’intérêt économique (GIE).

Or, d’après la DRI, « celles-ci sont agréées aux mécanismes préférentiels communautaires de l’UEMOA [Union économique et monétaire ouest-africaine] et de la CEDEAO [Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest], leur permettant d’exporter dans ces communautés en franchise de droits de douane et taxes assimilées ».

Pour sa part, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) a indiqué à Africa Check qu’en 2015, le Sénégal a produit 446 976 tonnes de sel. En 2013 et 2014, le pays a récolté respectivement 412 499 et 421 074 tonnes de sel.

«93 651 tonnes de sel consommées en 2015»

Plus de 90.000 tonnes de sel sont consommées chaque année au Sénégal. Photo Africa Check.
Plus de 90.000 tonnes de sel sont consommées chaque année au Sénégal. Photo Africa Check.

L’ANSD nous a également fourni les chiffres sur la consommation locale, les exportations et les importations de sel. Si l’on additionne les chiffres concernant la consommation locale et l’importation du sel au Sénégal, en 2015, on voit que 93 651 tonnes ont été consommées par le pays.

Sachant que cette année-là, 23 207 tonnes de sel d’une valeur de 1,6 milliard de francs CFA ont été importées ; des chiffres qui portent à confirmer que le Sénégal importe le quart de sa consommation.

Toutefois, Adama Seck, statisticien à l’ANSD, a confié à Africa Check que «le sel importé n’est pas directement consommé par les ménages».

«Il entre pour l’essentiel dans le processus de production des industriels», a ajouté M. Seck, citant en exemple la fabrication de bouillons.

Le sel raffiné, très prisé par les industries alimentaires, les ménages, les ressortissants étrangers, les restaurants, les hôtels ou encore les pâtisseries, a une forte valeur marchande.

Tous les producteurs de sel au Sénégal, particulièrement dans le secteur informel, ne disposant pas de machines pour assurer le raffinage du sel collecté, ceci pourrait expliquer la nécessité de se procurer une partie de sel à l’extérieur du pays.

https://datawrapper.dwcdn.net/Vp6Uc/1/

Conclusion : le Sénégal importe bien le quart de sa consommation en sel

Mentionnée dans un reportage diffusé dans l’émission Réussite, sur Canal+, l’affirmation selon laquelle le Sénégal, premier producteur de sel en Afrique de l’Ouest, importe le quart de sa consommation est correcte.

Les données de l’ANSD et de la DRI indiquent que les chiffres sur la consommation locale et l’importation du sel équivalent à 93 651 tonnes, pour l’année 2015.

Toutefois, l’ANSD a précisé que le sel importé n’est pas directement consommé par les ménages. Il est essentiellement destiné aux industries alimentaires qui l’utlise notamment comme intrants pour la fabrication de certains produits comme les bouillons.

Edité par Assane Diagne

 

 

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*