Sénégal : plus de 2 milliards FCFA perdus par an à cause du vol de bétail?

Le vol de bétail coûte à l’économie sénégalaise 2 milliards de francs CFA par an. Cette annonce a été faite par le ministre de l’Elevage et des Productions animales. Est-ce prouvé?

Lors d’une mission à Kolda (sud), le  19 octobre 2017,  le ministre de l’Elevage et des Productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye, a déclaré que « le vol de bétail s’attaque non seulement aux biens des couches les plus vulnérables de notre société (…) mais aussi annihile toutes les actions de développement de  l’élevage».

«Il constitue ainsi un frein à l’investissement. Par exemple, les pertes annuelles engendrées par le vol du bétail sont estimées à plus de 2 milliards de francs CFA», a-t-elle dit.

Nous avons cherché les preuves de cette affirmation.

D’où tient-on l’estimation ?

Africa Check a contacté le cabinet du ministre l’Elevage et des Productions animales. Le chargé de communication nous a mis en rapport avec le directeur de l’élevage, Dame Sow.

Ce dernier a confié à Africa Check  que « ce n’est pas uniquement  la valeur des animaux volés » qui est prise en compte dans cette estimation.

«Ce sont des estimations que nous avons faites de la valeur des animaux volés  et des effets sur l’économie ainsi que temps de travail que les éleveurs ont consacré à cela », a expliqué M. Sow.

Quelle est la place de l’élevage dans l’économie ?

Le Recensement général de la population et de l’habitat,  de l’agriculture et de  l’élevage (RGPHAE, 2013)  renseigne que le sous-secteur de l’élevage représente 28,8% du PIB du secteur primaire.

«Il revêt une importance capitale sur le plan économique et social pour sa contribution aux revenus des ménages et à la création d’emplois », selon le document.

«Il présente un potentiel important en termes de création de richesses avec une contribution au PIB de 4,2% en 2012 contre 4,4% en 2011».

L’ampleur du phénomène a poussé l’Etat à mettre sur pied la Cellule de lutte contre le vol de bétail, une structure rattachée au cabinet du ministre  en charge de l’Elevage.

Cette cellule a contribué à la mise en place du Comité national de réflexion sur la stratégie nationale de prévention et de lutte contre le vol de bétail, le 2 mars 2013.

«Difficile d’estimer les conséquences du vol»

Africa Check a joint par téléphone le président de l’Association nationale des éleveurs du Sénégal, Ismaila Sow. Selon ce dernier, «en réalité, il est difficile d’estimer les conséquences de ce phénomène ».

«Les pertes pour l’économie nationale liées au vol de bétail pourraient dépasser ces 2 milliards de francs CFA. Le phénomène a pris une grande ampleur dans toutes les régions. En tant qu’association des éleveurs, nous sommes incapables d’évaluer tous les cas de vols. Et puis, ils ne sont pas tous déclarés à la gendarmerie».

D’ailleurs, le directeur de l’élevage, Dame Sow, a  confié à Africa Check que  « l’Etat n’a pas encore fait une estimation précise des cas de vol de bétail ».

« Nous allons vers ça à partir d’indicateurs plus précis  comme le nombre d’animaux volés, le nombre de cas de vol, le nombre d’animaux retrouvés, les peines infligées par la justice, etc. Ce n’est pas facile mais nous y travaillons», a a admis M. Sow.

Conclusion : l’affirmation n’est pas prouvée

Aminata Mbengue Nidaye, ministre de l’Elevage et des Productions animales, a déclaré que le vol de bétail coûte plus de 2 milliards de francs CFA à l’économie sénégalaise chaque année.

Mais selon les spécialistes, il est difficile d’estimer le préjudice pour le moment. D’ailleurs, le directeur de l’élevage, Dame Sow, a affirmé que «l’Etat n’a pas encore fait une estimation précise des cas de vol de bétail».

Aussi, le président de l’Association nationale des éleveurs du Sénégal, Ismaila Sow, dit qu’il est difficile d’estimer le coût économique du phénomène les cas de vol ne sont toujours déclarés.

En attendant d’avoir des indications plus précises, nous estimons que cette affirmation n’est pas prouvée.

Edité par Assane Diagne

 

 

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*