Les Prix africains de fact-checking  – les seuls prix qui récompensent chaque année les journalistes basés en Afrique dans le domaine émergent du fact-checking sont maintenant dans leur cinquième année, et continuent de croître.

En 2017, nous avons reçu un nombre record de candidatures – 159 dossiers provenant de 25 pays – couvrant l’Ethiopie et l’Egypte dans le Nord, de l’Afrique du Sud et du Zimbabwe dans le Sud.

 

Les lauréats des Fact-checking Awards 2017 au Wits University Great Hall. Image: Daylin Paul.

Les lauréats des Fact-checking Awards 2017 au Wits University Great Hall. Image: Daylin Paul.

Les catégories

Cette année, en plus des catégories :

  • Fact-check de l’année et un deuxième prix (pour un seul article réalisé par un journaliste ou un blogueur)
  • et Fact-check de l’année par un étudiant et un deuxième prix (pour un seul article effectué par un étudiant en journalisme),

nous avons ajouté de nouvelles catégories. Celles-ci comprennent :

  • Série de fact-checks de l’année et deuxième prix (pour un ensemble d’articles de fact-checking)
  • Fait de l’année (pour l’article le plus impactant vérifiant une statistique publiée ou diffusée cette année. Ce sont les lecteurs qui éliront le fait de l’année).

Vous pouvez postuler si vous publiez ou diffusez un reportage entre le 1er septembre 2017 et le 15 août 2018, exposant comme trompeuse ou erronée une déclaration – sur un sujet important – faite par un personnage ou une institution publique en Afrique.

Les prix

Les lauréats des prix de meilleurs articles de fact-checking et des meilleures séries de de fact-checks par un journaliste recevront chacun un prix de 2 000 $. Leurs dauphins, (deuxièmes prix) empocheront 1 000 $ chacun.

Le lauréat du prix du meilleur fact-check par un étudiant-journaliste remportera un prix de 1 000 $ et le deuxième, 500 $.

Les noms des lauréats seront annoncés lors d’une cérémonie qui se tiendra à Johannesburg, en Afrique du Sud, en octobre.

Les critères d’éligibilité

Les contributions doivent être un article (reportage) original de fact-checking publié ou diffusé entre le 1er septembre 2017 et le 15 août 2018 par un organe de presse basé en Afrique, ou produit sous forme de cours.

Le travail peut être publié en version imprimée ou en ligne, diffusé à la radio ou à la télévision ou publié sur un blog. Les articles publiés par Africa Check ne sont pas éligibles pour la compétition.

Moussa Ngom, lauréat de la nouvelle catégorie réservée aux étudiants. Il est étudiant au CESTI, Sénégal. Photo : Hyppolite Valdez Onanina

Moussa Ngom, lauréat de la nouvelle catégorie réservée aux étudiants. Il est étudiant au CESTI, Sénégal. Photo : Hyppolite Valdez Onanina

Pour la catégorie des étudiants, le candidat doit également avoir fréquenté une école de journalisme en Afrique entre le 1er septembre 2017 et le 15 août 2018.

Les candidatures peuvent être publiées ou diffusées dans n’importe quelle langue, mais pour qu’elles soient prises en considération, si elles ne sont pas faites à l’origine en anglais ou en français, une traduction en anglais ou en français doit être fournie.

Chaque personne et / ou équipe peut proposer au maximum deux articles (reportages).

Le processus de sélection

Toutes les participations envoyées au concours avant le 15 août 2018 à minuit seront jugées selon les quatre critères suivants.

  • L’importance pour la société au sens large de la déclaration examinée
  • Comment la déclaration a été testée par rapport aux preuves disponibles
  • Comment le travail a présenté les arguments pour et contre la déclaration
  • L’impact de la publication du travail sur le débat public sur le sujet

La décision du jury est sans appel.

Les inscriptions commenceront le 1er juillet et se termineront le 15 août 2018 à minuit.