GUIDE : comment vérifier les informations pendant une pandémie

Covid-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, ravage le monde actuellement. En cette période d'incertitudes, comment pouvez-vous distinguer les faits de la fiction ? Notre guide vous donne trois conseils.

Trois conseils avant de partager des informations sur le nouveau coronavirus

  • Faites une pause, puis posez-vous la question suivante : ce contenu me fait-il peur ou me met-il en colère ? Réfléchissez à la raison pour laquelle l’information aurait pu être créée et partagée.
  • Cherchez à savoir qui a créé l’information. Soyez très prudent s’il n’y a pas de source.
  • Comparez les informations que vous souhaitez partager avec les informations provenant de sources fiables et officielles.

Lors de l’épidémie d’Ebola en 2014, deux personnes sont décédées après avoir été victimes d’un « dangereux canular ». Elles auraient bu trop d’eau salée après qu’un message viral a faussement prétendu que cela pouvait prévenir ou guérir la maladie.

Près de six ans plus tard, il est facile de comprendre pourquoi nous devons redoubler de prudence en partageant des informations portant sur Covid-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus.

Mais séparer les faits de la fiction peut être difficile lorsque vous êtes anxieux et que l’incertitude de l’information est élevée, comme c’est souvent le cas lors d’une crise.

Kate Starbird, professeure agrégée à l’Université de Washington, étudie le flux d’informations lors de tels événements. Dans une récente publication, elle a déclaré que l’incertitude était due au fait que, bien qu’il y ait des choses que nous ne savons pas encore, ce que nous pensons savoir peut encore changer au fur et à mesure que de nouvelles informations sont publiées.

Certaines personnes se réunissent en ligne pour « résoudre » cette incertitude et cette anxiété, écrit Starbird, « pour comprendre ce qui se passe et ce qu’elles devraient faire à ce sujet ». Donner un sens aux choses en tant que groupe peut aider, mais peut également conduire à la propagation de fausses informations nuisibles.

N’aggravez pas une mauvaise situation

Vous pouvez soit aider à diffuser de fausses informations, avec de possibles graves conséquences, soit choisir de partager les meilleures informations disponibles.

Voici trois conseils pour vous aider à faire la différence :

1. Faites une pause, en particulier si la publication, le tweet ou le message vous fait peur ou vous met en colère.

Des informations fausses ou non vérifiées peuvent se propager rapidement, surtout si elles vous font ressentir des émotions particulières.

Si vous avez une réponse émotionnelle à une information, demandez-vous pourquoi quelqu’un la partage et ce qu’elle essaie de vous faire faire. C’est ce qu’a recommandé Dr Claire Wardle, cofondatrice de First Draft, une organisation à but non lucratif luttant contre la désinformation, lors d’une récente interview télévisée.

« Nous devrions développer un scepticisme émotionnel plus important parce que lorsque nous voyons quelque chose alors que nous faisons la queue pour le café et … nous le partageons sans réfléchir, et c’est un réflexe ».

Wardle indique également que les personnes derrière la désinformation – la diffusion délibérée de fausses informations pour causer un préjudice – « veulent que nous ne soyons pas critiques ».

2. Considérez la source

Lorsqu’un ami ou un contact partage de nouvelles informations sur Covid-19, il est bon de leur demander : « Comment savez-vous cela ? » La réponse peut vous aider à déterminer s’ils ont une bonne connaissance de l’information.

Soyez très prudent si le tweet ou le message ne dit pas qui l’a créé ou d’où proviennent les informations. Dans ce cas, demandez la source ou essayez de la trouver vous-même. Vérifiez les faits avant de décider de partager.

S’il existe une source, vérifiez s’il s’agit de la source d’origine. Par exemple, si un organe de presse rapporte qu’un autre média a rapporté quelque chose, vous devez vérifier si c’est vrai.

Si vous ne reconnaissez pas un média comme étant un organe de presse crédible, faites des recherches à propos de lui. N’acceptez pas seulement ce que l’organisation dit d’elle-même. Faites une recherche pour voir ce que les autres en disent ; c’est le conseil de Mike Caulfield, l’auteur de Web Literacy for Student Fact-Checkers.

3. Essayez de trouver une source fiable

Vérifiez si les organisations de vérification des faits ont examiné l’information. Pour Covid-19, voici quelques bonnes options :

First Draft
Africa Check
AFP Fact Check

Que disent les sources officielles ? Pour Covid-19, les sources officielles incluent l’Organisation mondiale de la Santé, le ministère de la Santé et de l’Action sociale au Sénégal, et en Côte d’Ivoire, le Portail officiel du gouvernement.

Vérifiez également si un média crédible a travaillé sur l’affirmation. Si une histoire est vraie, elle sera probablement rapportée par la plupart des médias.

Une fois que vous avez demandé pourquoi le contenu est partagé et par qui, et que vous avez vérifié l’affirmation par rapport aux informations fournies par des sources fiables et officielles, il est temps de décider si vous devez partager ou non.

Lors d’une pandémie, vous devriez faire preuve de prudence. En cas de doute, ne partagez pas.

Vous pouvez retrouver tous nos articles de vérifications des faits sur le coronavirus ici.

© Copyright Africa Check 2020. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.