Consommer de la papaye, de l’ananas ou des raisins ne présente aucun risque pour le fœtus

Capture d’écran de l’article publié par 24jours.com

Le site 24jours.com indique dans un article partagé plus de 4 000 fois sur Facebook, que l’ananas, la papaye et les raisins sont des fruits à éviter par une femme enceinte au risque de donner naissance à un enfant mal formé.

Pour chaque fruit cité, l’auteur de l’article donne les raisons pour lesquelles sa consommation présente des risques pour le bébé à naître.

Au sujet de la papaye, il est indiqué dans l’article qu’elle peut occasionner un avortement, et que des femmes en Asie (Pakistan, Sri-Lanka, Inde) l’utilisent parfois pour avorter.

Il y va de même pour l’ananas qui provoque, toujours selon l’article, le « ramollissement du col de l’utérus, qui peut entraîner un accouchement précoce ».

Capture d’écran de l’article de bella.cm

Quant au raisin, il est mentionné dans le texte que certains experts, (sans plus de précision) conseillent de ne pas en consommer, en raison de la présence de pesticides sur le fruit et qui sont potentiellement dangereux pour le bébé.

Le même article a été publié par le site bella.cm. Nous avons publié un article en mai 2019 dont les conclusions indiquent que les affirmations mises en exergue dans cet article sont fausses.

Aliments à éviter au cours d’une grossesse

Selon Dr Daniel Kouédou, gynécologue-obstétricien au Plateau Médical du Point E à Dakar, une femme enceinte doit avoir une alimentation riche, équilibrée et variée. Avec, toutefois, quelques restrictions : « l’alcool, le tabac et les drogues sont proscrits », prévient-il.

Il est aussi recommandé, par Dr Kouédou, d’éviter les fromages à pâtes molles à croûte (camembert, brie..), le lait cru, les fromages râpés industriels et la charcuterie, pâtés, rillettes, produits en gelée, la viande crue ou peu cuite, les coquillages, le poisson cru, les poissons fumés. Ce, pour prévenir certaines maladies comme la listériose qui est une infection alimentaire due à une bactérie et qui représente une menace sérieuse pour les fœtus ou les nouveau-nés, en cas de consommation d’aliments contaminés par la mère.

La rubrique « Manger et bouger » du programme national de nutrition santé du ministère chargé de la santé en France mentionne également le foie et les produits à base de foie qui sont très riches en vitamine A. « Consommée en grandes quantités, cette vitamine peut être dangereuse pour le fœtus », peut-on lire dans la rubrique.

Juste laver les fruits et légumes

Concernant les fruits, le gynécologue ne fait qu’une seule recommandation : « Il faut soigneusement laver les légumes fruits et herbes aromatiques, pour ôter les résidus de terre », conseille-t-il.

Car, à ce jour, confie-t-il, il n’y a pas d’études scientifiques qui ont établi ces affirmations.

Dr Abdoulaye Diop, également gynécologue-obstétricien est lui aussi catégorique : « ce sont des rumeurs totalement fausses »

Le Centre de recherche et de l’information nutritionnelle (Cerin) en France, contacté par Africa Check, affirme qu’ « aucun lien n’a été établi entre la consommation de ces fruits et le risque de malformation ».  Diomma Dramé (06/06/2019)

Africa Check s'est associée à Facebook pour lutter contre les fausses informations sur la plateforme sociale. Cet article fait partie de l'initiative.

Dans le cadre de son programme tiers de vérification des faits, Facebook permet à ses partenaires de voir des articles publics, des photos ou des vidéos qui ont été signalés comme potentiellement inexacts.

Le contenu qualifié de «faux» par les fact-checkeurs sera déclassé dans les flux d’information. Cela signifie que moins de personnes le verront.

Vous pouvez nous aider à identifier de fausses informations sur Facebook. Ce guide explique comment.

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.