Côte d’Ivoire : 2,3 millions d’emplois ont-ils été créés sur la période 2011-2015 ?

Affirmation

Près de 2,3 millions de personnes ont pu bénéficier d'une insertion professionnelle en Côte d'Ivoire sur la période de 2011 à 2015.

Source: Sidi Touré, ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service civique.

exaggerated

Verdict

Explication: Les données de l'Agence emploi jeunes (AEJ), "guichet unique de l'emploi des jeunes" en Côte d'Ivoire font état d'un cumul de 2 021 168 emplois créés entre 2011 et 2015, bien en-dessous des 2,3 millions annoncés.

  • Sidi Touré, ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service civique a affirmé que « près de 2,3 millions de personnes ont pu bénéficier d’une insertion professionnelle en Côte d’Ivoire sur la période de 2011 à 2015 »
  • Selon les données de l'Agence emploi jeunes en Côte d'Ivoire 2 021 168  ont été créés entre 2011 et 2015


Une dépêche de l’Agence de Presse Africaine (APA) rapporte que « près de 2,3 millions de personnes ont pu bénéficier d’une insertion professionnelle en Côte d’Ivoire sur la période de 2011 à 2015 », citant Sidi Touré, ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service civique.

Sidi Touré s’exprimait lors de la cérémonie de lancement de l’édition 2018 de la Semaine nationale de l’emploi.

Africa Check a vérifié cette information reprise par plusieurs médias dont des journaux en ligne.

Le chef de service relations presse du ministère de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service civique, Claude Konan, contacté par Africa Check, a cité la mise en place de l’Agence emploi jeunes (AEJ) en 2015, comme guichet unique de l’emploi des jeunes.

Selon lui, l’AEJ a permis d’obtenir « des résultats probants sur un certain nombre de dispositifs d’insertion ».

« Insuffisance de données sur le marché du travail avant 2011 »

Approché par Africa Check, le directeur des études, des statistiques et du suivi-évaluation à l’AEJ, Emile Penatien Koné, a indiqué que la situation de l’emploi avant 2011, présentait « une insuffisance d’indicateurs et de données sur le marché du travail, l’absence d’orientation stratégique en matière d’emploi, l’éparpillement et l’instabilité des mesures et des programmes directes en faveur de l’emploi et l’inadéquation emploi/formation ».

M. Koné nous transmis un document intitulé « Defis de emploi en Côte d’Ivoire » présentant l’évolution de la situation de l’emploi depuis l’année 2011.

La période allant de mai 2011 à fin 2012, 660 916 emplois sont créés et le taux de chômage des jeunes (14-35 ans) passe de 15,4% à 12,2%, selon l’AEJ.

En 2013 et 2014, la croissance économique reste forte avec un niveau important d’investissements publics et privés. 715 241 emplois créés avec une baisse du taux de chômage des jeunes (14-35 ans) qui passe de 12,2 % en 2012 à 10,3%.

L’AEJ signale qu’entre 2014 et 2015, le taux de chômage des jeunes continue de baisser pour se situer à 9,6% contre 10,3% en 2014. Au final, 645 011 emplois ont été créés pendant cette période. Au total, il y a eu 2 021 168 nouveaux emplois de 2011 à 2015, donc moins que les 2,3 millions annoncés.

Depuis juin 2015, le gouvernement ivoirien a un ministère dédié spécifiquement à la question des jeunes et une agence dédiée à l’emploi des jeunes.

Entre 2015 et 2016, il a été observé une création de 600 000 emplois.

« Le ministère de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service civique s’est doté d’une politique nationale de jeunesse déclinée en stratégies sectorielles dont une stratégie nationale pour l’insertion et l’emploi des jeunes (SNIEJ), portée par l’Agence emploi jeunes qui a, à ce jour, a donné diverses opportunités à 151 146 jeunes sur l’ensemble du territoire national », a conclu Emile Penatien Koné.

Comment ces données ont-elles été collectées ?

Dans un rapport « Généralités sur le système d’information sur le marche du travail en Côte d’Ivoire« , publié en mai 2018, Abbas Sanoussi, ingénieur statisticien-démographe en chef, par ailleurs directeur de l’Observatoire de l’emploi et des métiers explique que « les informations sur le marché du travail […] sont toutes collectées avec des méthodologies conformes aux normes internationales et pratiques crédibles».

Pour sa part, le directeur des statistiques démographiques et sociales de l’Institut national des statistiques de Côte d’Ivoire (INS-Côte d’Ivoire), Aka Doré, a expliqué à Africa Check que « les enquêtes emploi organisées en Côte d’Ivoire obéissent aux normes internationales d’autant plus qu’elles sont conformes aux normes du BIT (Bureau international du travail) en terme méthodologiques et dans le calcul des indicateurs ».

Il a ajouté que la population en âge de travailler est composée de toutes les personnes ayant atteint au moins l’âge minimum légal au travail qui est de 14 ans en Côte d’Ivoire ».

«Ce sont des indicateurs officiels qui sont validés par l’ensemble des partenaires quant à la méthodologie de collecte et aux formules de calcul », a-t-il insisté.

A l’en croire, «ce sont les interprétations qui font souvent polémiques et la façon de communiquer sur les résultats devrait remédier à cela ».

Conclusion : le chiffre est exagéré

Le ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service civique a annoncé la création de 2,3 millions d’emplois, dans son pays, entre 2011 et 2015.

Africa Check a contacté le service des relations presse du ministère en charge de l’Emploi qui cite les données de l’Agence emploi jeunes (AEJ), « guichet unique de l’emploi des jeunes » en Côte d’Ivoire.

Celles-ci font état d’un cumul de 2 021 168 emplois créés entre 2011 et 2015, bien en-dessous des 2,3 millions annoncés.

Nous estimons donc que le chiffre du ministre est exagéré.

Edité par Assane Diagne

 

 

 

 

 

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*