Pas de dette extérieure pour le Nigeria depuis 2013? Plutôt faux

Le gouvernement du Nigeria veut beaucoup investir dans la réalisation d’infrastructures. Pour le financement de celles-ci, il cherche hors des marchés locaux. Mais est-il vrai que le pays n’a pas emprunté sur les marchés extérieurs depuis 2013. Nous avons vérifié.

La ministre nigériane des Finances Kemi Adeosun était sur Facebook Live en avril pour présenter les grandes lignes de la situation économique du pays.

Evoquant les stratégies d’endettement du gouvernement, Mme Adeosun a dit que le pays ne disposait pas d’assez d’argent pour faire face à ses dépenses d’infrastructure qu’elle a estimées à 30% du budget.

“Pour cela, comme vous le savez, nous sommes allés chercher à l’étranger, en faisant un Eurobond. Nous avons maintenant 1,5 milliard de dollars US et c’est très passionnant pour nous parce que le Nigeria ne s’est pas endetté à l’extérieur depuis 2013», a-t-elle ajouté.

On estime qu’il faut au Nigeria environ 33,6 milliards de dollars US pour construire des routes, ponts, infrastructures énergétiques, hôpitaux et écoles.

“Nous devons aller emprunter à l’étranger. Mais nous devons emprunter aux taux les plus abordables possibles. Donc nous nous rapprochons de la Banque mondiale, de la China Exim [Bank] et de quelques bailleurs concessionnels qui prêtent à des taux aussi bas que 1,5%. Et nous allons combiner cela avec l’argent tiré du marché de l’Eurobond qui est maintenant de 7,5% », a expliqué Mme Adeosun.

Les prêts concessionnels se font avec un remboursement moins cher et à plus long terme, tandis que les Eurobonds  renvoient à une dette libellée dans une monnaie différente de celle du pays bailleur.

Vu les difficultés financières du pays, suite à la chute du prix du pétrole, son principal produit d’exportation, est-il vrai que le Nigeria n’a pas eu recours au marché de la dette extérieure depuis 2013?

Quel est le profil de la dette extérieure du Nigeria?

Un pays peut soit s’endetter intérieurement soit le faire auprès des bailleurs étrangers. Cette dernière option est appelée «dette souveraine extérieure».

Les données du bureau de gestion de la dette du Nigeria montrent qu’en fin 2013, le pays devait 8,82 milliards de dollars aux bailleurs étrangers.

Fin 2015, cette dette a grimpé à 10,7 milliards de dollars, pour atteindre 11,4 milliards de dollars en janvier 2017, soit une augmentation de 29,3% sur 3 ans. (Note : les chiffres ne prennent pas en compte les arriérés de paiement ou les intérêts sur les prêts antérieurs).

En mars 2014, les bailleurs multilatéraux comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international détenaient 71% (6,51 milliards de dollars) de la dette extérieure du Nigeria. En décembre 2016, elle était de 7,99 milliards de dollars US.

En 2014, le Nigeria était parmi les principaux bénéficiaires des 10,6 milliards de dollars de prêts de la Banque mondiale, avec plus de 2 milliards, le double du montant de l’année précédente. Cet argent a financé à la fois les déficits budgétaires et les infrastructures.

La dette bilatérale  – entre deux pays ou leurs bailleurs – a augmenté de 87,1% en passant de 1,03 milliard en 2013 à 1,92 milliard en 2016. Parmi les bailleurs du Nigeria, il y avait la France, l’Allemagne, le Japon et la Chine.

Fin 2014 et début 2015, par exemple, les financements de la Chine pour des projets de l’Etat nigérian s’élevaient à des milliards de dollars.

La ministre parlait de l’Eurobond seulement

Quand Africa Check a interpelé Mme Adeosun sur la hausse du profil de la dette extérieure en 2013, elle a dit qu’elle «faisait allusion à l’Eurobond sur les marchés internationaux que nous n’avons pas sollicités depuis 2013».

Les autres prêts concessionnels comme ceux de la Banque mondiale ont continué, a-t-elle précisé.

Les données officielles sur les ventes Eurodond du pays indiquent que le Nigeria a eu recours au marché de l’Eurodond pour la première fois en janvier 2011, en levant 500 millions de dollars US.

Sa deuxième offre remonte à 2013, avec 1 milliard de dollars US en deux tranches de 500 millions.

En février 2017, le Nigeria a obtenu un Eurobond d’un milliard de dollars qui a pris effet en mars 2017. Cela a été suivi le 29 mars par un autre Eurobond de 500 millions de dollars.

Conclusion : le Nigeria emprunte sur le marché international depuis 2013

Dans un post audio, sur les réseaux sociaux, destiné aux Nigérians, la ministre des Finances Kemi Adeosun a dit que pour construire des infrastructures destinées à booster l’économie, le Nigeria devait emprunter de l’argent à l’étranger.

Expliquant pourquoi cela était un bon choix, elle a souligné que le pays n’avait pas emprunté sur le marché international depuis 2013.

Africa Check a examiné les données et a découvert une hausse de la dette extérieure entre 2014 et 2016.

En réaction, la ministre a dit qu’elle parlait plutôt de la dette dominée par les devises étrangères plus connue sous le nom d’Eurobond.

Les données indiquent que le profil de la dette extérieure du pays a augmenté entre 2014 et 2016. Le Nigeria a également eu deux Eurobonds dans les semaines qui ont précédé la sortie de la ministre. Ses propos sont donc inexacts.

S’endetter pour financer des projets destinés à booster l’économie est un levier sur lequel presque tous les pays appuient. Mais donner l’information correcte renforcera le débat public sur la dette nationale.

 

Traduit de l’anglais. Vous pouvez consulter la version originale ici.

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*