L’assurance injecte-t-elle plus de 300 milliards par an dans l’économie sénégalaise ?

Affirmation

« Les assureurs investissent pour plus de 300 milliards de francs CFA par année dans l’économie sénégalaise »

Source: Matar Faye, directeur exécutif de l’Association des Assureurs du Sénégal (Août 2020)

misleading

Verdict

Explication: Les plus de 300 milliards ne constituent pas l'apport annuel des assurances à l'économie sénégalaise, mais le stock de placements des compagnies d'assurances sur plusieurs années.

  • « Les assureurs investissent pour plus de 300 milliards de francs CFA par année dans l’économie sénégalaise » (Matar Faye, directeur exécutif de l’Association des Assureurs du Sénégal).
  • « Les 300 milliards c’est un stock. Ce sont les placements des assureurs évalués sur plusieurs années » (Mor Ngom, commissaire contrôleur des assurances).
  • Mandaw Kandji ancien contrôleur en chef à la Conférence Internationale des Marchés d’Assurance (CIMA) : "les 300 milliards représentent  un stock et des éléments d’actif investis par les sociétés d’assurance globalement».


Invité de l’émission La Totale sur la télévision ITV le 23 août 2020, le directeur exécutif de l’Association des Assureurs du Sénégal, Matar Faye, a indiqué que les compagnies d’assurance injectent plus de 300 milliards par an dans l’économie sénégalaise.

Les propos de M. Faye ont également été repris dans un article du site Emedia, qui appartient au même groupe qu’ITV.

Sur quoi se fonde la déclaration de  Matar faye ?

Africa Check a contacté M. Faye afin de connaître la source de son affirmation.

« Ces 300 milliards sont répartis entre l’immobilier, les actions en entreprise, les prêts à l’Etat et les dépôts à terme (DAT) », nous confie-t-il.

Toujours à propos de son affirmation selon laquelle chaque année l’assurance apporte 300 milliards à l’économie sénégalaise,  Matar Faye insiste « c’est ça ! En fait, c’est l’investissement (les 300 milliards)».

« Il faut comprendre une chose, les assureurs ont un premier rôle qui est de sécuriser la vie des personnes et des entreprises. Leur deuxième rôle, c’est un rôle d’investisseur institutionnel », insiste-il.

Et « l’investissement est réparti, poursuit Faye, entre les actions dans les entreprises, l’immobilier, les prêts à l’Etat et les DAT (Dépôts A Terme). Et le tout tourne autour de 300 milliards ».

Matar Faye, directeur exécutif de l’Association des assureurs du Sénégal, sur le plateau d’ITV le 23 août 2020. (Crédit Photo: Emedia).

Les explications de la Direction des assurances 

Africa Check a consulté le résumé du rapport sur les sociétés d’assurances exercice 2018, publié par la direction des assurances, une division du ministère des Finances et du Budget.

Le document montre l’évolution des placements des assurances de 2014 à 2018. Ceux-ci sont passés de 203 milliards 975 millions à 284 milliards 938 millions de francs CFA.

Nous avons également contacté la Direction des Assurances du Ministère des Finances et du Budget. Et à ce niveau, Mor Ngom, commissaire contrôleur des assurances nous explique que  « pour 2019, le stock des placements est de 394 milliards de F CFA (rapport en cours d’élaboration).

Il précise toutefois que « ce ne sont pas 300 milliards qui sont injectés (dans l’économie sénégalaise par année). Les 300 milliards c’est un stock : c’est des placements. Ce sont les placements des assureurs. Et le stock c’est (évalué) sur plusieurs années », précise M. Ngom.

Selon lui, « cela veut dire que si on prend les actions, les obligations, les immeubles des sociétés d’assurance etc, tout ça cumulé fait plus de 300 milliards ».

Mor Ngom ajoute que « maintenant il y a des variations ».

« Si vous regardez l’an dernier ce qu’on avait, par rapport à cette année, vous verrez les nouveaux investissements. Et les nouveaux investissements ça peut ne pas faire même 50 milliards ou moins de 100 milliards ».

Par la suite nous avons fait part à l’auteur de la déclaration, à savoir  Matar Faye des résultats de nos recherches. Et ce dernier reconnaît que les 300 milliards représentent en réalité « un cumul ».

Ce qu’en disent les experts

Africa Check a interpellé le statisticien de l’association des assureurs du Sénégal, El Hadji Diop. Il confirme les développements de la direction des assurances. « C’est correct de dire que ces 300 milliards représentent un stock calculé sur plusieurs années », indique-t-il.

Nous avons également donné la parole à Dame Mbaye, spécialisé dans les métiers de l’assurance islamique, qui abonde dans le même sens que la Direction des assurances.

Concernant « le chiffre généré par les sociétés d’assurance dans l’économie sénégalaise, je vous signale que le marché n’atteint même pas 200 milliards. Je vois mal comment les assureurs peuvent verser 300 milliards (chaque année)», note Dame Mbaye, par ailleurs administrateur général du cabinet ouest africain de courtage.

Selon Mandaw Kandji, PDG de l’Institut Interafricain de Formation en Assurance et en Gestion des Entreprises IFAGE  et ancien commissaire contrôleur en chef de la CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurance), « au lieu de dire que c’est par an, il faut dire que les assureurs ont contribué à hauteur de (plus de) 300 milliards dans l’économie nationale globalement ».

Et si on veut mesurer leur contribution dans l’économie par an, explique l’expert, « il faut que vous connaissiez le stock de l’année dernière, que vous comparez au stock de cette année et vous faites la différence : c’est ça qui va constituer la dotation annuelle en investissement ».

Il souligne que « les 300 milliards sont la contribution des assureurs au développement  économique. Parce qu’il y a une partie de cet argent placée au trésor, une autre placée dans les banques, l’autre partie sous  forme d’immeubles ou parc immobiliers (…) ».

Conclusion : l’affirmation de  Matar Faye peut induire en erreur

Le directeur exécutif de l’Association des Assureurs du Sénégal soutient que les compagnies d’assurance injectent plus de 300 milliards F CFA par an dans l’économie sénégalaise.

La Direction des assurances du ministère des Finances et du Budget signale que ces 300 milliards représentent en réalité un stock évalué sur plusieurs années.

Les experts contactés par Africa Check s’accordent globalement pour corroborer les explications de la Direction des assurances.

© Copyright Africa Check 2020. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.