Faux, le taux de dépigmentation au Sénégal n’est pas entre 62 et 72 %

Commentaires 1

Affirmation

Au Sénégal, le taux de dépigmentation se situe entre 67 et 72 %

Source: Le Soleil, Sud Quotidien, Ndar Info, Xibar.net, Topnews (Médias sénégalais)

incorrect

Verdict

Explication: Il n'existe pas d'étude nationale sur la prévalence de la dépigmentation au Sénégal.

  • Au Sénégal le taux de dépigmentation se situe entre 67 et 72 %, selon plusieurs médias.
  • Les chiffres actuellement disponibles sur le sujet proviennent d'enquêtes qui ont fait l'objet de thèse de doctorat d'état en Médecine et ne concernent que quelques localités du pays.
  • « Il n’y a pas d’étude sur la dépigmentation qui couvre tout le Sénégal » (Babacar Guèye, chef de la division de la lutte contre les maladies non transmissibles au ministère de la Santé et de l’Action sociale).


Au Sénégal, le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) a appelé les éditeurs audiovisuels « à prendre les mesures appropriées » pour arrêter la diffusion de messages publicitaires concernant des produits interdits, notamment ceux servant à la dépigmentation. Cette annonce est survenue quelques temps après que des médias locaux ont annoncé que le taux de dépigmentation, dans le pays, se situe entre 62 et 72 %.

Le 22 octobre 2019, le site d’informations Ndarinfo, citant le Professeur Fatimata Ly, la présidente de l’Association internationale d’information sur la dépigmentation artificielle (AIIDA), indiquait que « le taux de khessal (terme en Wolof désignant la dépigmentation), se situe entre 62 et 72 % au Sénégal ».

D’autres médias, dont Le SoleilXibar.net, Sen360.net, Topnews.sn, ont publié la même information.

De plus, le texte du site Topnews.sn indique que « le Sénégal est deuxième au classement des pays africains dont les populations pratiquent la dépigmentation volontaire, selon une étude publiée l’année dernière ». Quant au quotidien national Le Soleil, il y est rapporté qu’« au Sénégal le taux de prévalence de la dépigmentation est estimé à 71 % selon une étude menée en 2019 sur le phénomène ».

Qu’en est-il exactement ?

Au Sénégal, « il n’y a pas d’enquête de prévalence nationale »

Africa Check a contacté Pr Fatimata Ly qui est dermatologue-vénérologue et professeur à la Faculté de Médecine Pharmacie et Odontologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). Concernant les différentes statistiques qui lui ont été attribuées par plusieurs sites internet, elle précise qu’elles ont été mal rapportées ou interprétées.

À propos de sa communication concernant la dépigmentation, Fatimata Ly dit s’être basée sur des « enquêtes menées par les chercheurs de l’UCAD et de l’Université Assane Seck de Ziguinchor et (qui) ont fait l’objet de thèse de doctorat d’État en Médecine dont deux ont été soutenues et une autre en cours pour novembre (2019) ».

« La statistique 71.3 % concerne uniquement la localité de Pikine. (Au Sénégal), il n’y a pas d’enquête de prévalence nationale (sur la dépigmentation) », relève la spécialiste

Pr Ly a précisé que « les localités ciblées par les enquêtes sont les suivantes: Kaffrine (54 %) Parcelles Assainies (64 %), Pikine (71 %) et Guédiawaye ».

« La dernière enquête sur Guédiawaye est en cours », a-t-elle souligné.

Confirmation du ministère de la Santé

Africa Check a contacté la division de la lutte contre les maladies non transmissibles au ministère de la Santé et de l’Action sociale.

Le docteur Babacar Guèye, qui dirige cette division, a confirmé les propos du Professeur Fatimata Ly sur l’absence d’études nationales sur la dépigmentation, avant d’expliquer la raison pour laquelle les différentes statistiques censées concerner tout le Sénégal sont incorrectes.

« Quand on fait une étude à l’échelle d’un district, d’un département ou d’une commune, on ne peut pas, à partir de ce résultat, extrapoler pour tout le pays. Pour avoir le taux de dépigmentation à l’échelle nationale, il faut faire une enquête à l’échelle nationale », signale Dr Guèye.

Actuellement, « il n’y a pas à ma connaissance d’étude sur la dépigmentation qui couvre tout le Sénégal », a-t-il conclu.

Des données erronées

Africa Renewal, un magazine publié par les Nations Unies, mentionnait, en juillet 2019, des statistiques compilées dans une fiche d’informations de l’Organisation Mondiale de la Santé datée de 2011.

Les données « ont montré que 40 % des femmes africaines se sont éclaircies la peau. Le chiffre est plus élevé dans certains pays : 77 % des femmes au Nigéria, 59 % au Togo, 35 % en Afrique du Sud, 27 % au Sénégal et 25 % au Mali utilisent des produits éclaircissants ».

Or, en avril 2019, quand Africa Check vérifiait l’information selon laquelle « 77 % des femmes au Nigeria se dépigmentent », l’OMS nous indiquait que ces chiffres provenaient d’un « kit de sensibilisation au mercure » de 2008 du Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP). Mais le document est maintenant absent du site Web de cette agence onusienne.

L’UNEP a tout de même partagé une copie du kit avec Africa Check. Mais à part les dangers du mercure dans certains produits, le kit ne dispose d’aucune information sur l’utilisation des produits éclaircissants en Afrique.

Pas de statistiques sur la dépigmentation pour le Sénégal

Nous avons également retrouvé une méta-analyse de la dépigmentation publié en 2019 par International Journal of Dermatology. Une méta-analyse est un condensé des recherches disponibles sur un sujet afin d’en tirer une conclusion statistique plus solide.

Soixante-huit études publiées entre 1972 et 2017 y ont été incluses : 40 d’entre elles portent sur l’Afrique, dont huit sur le Sénégal.

L’étude a révélé que la prévalence du blanchiment de la peau en Afrique était de 27,1 %. Mais elle ne mentionne pas un quelconque taux de prévalence pour le Sénégal.

Conclusion : pas de données sur le taux de prévalence nationale de la dépigmentation au Sénégal

Des médias sénégalais attribuent au Professeur Fatimata Ly la déclaration selon laquelle « le taux de prévalence de la dépigmentation au Sénégal se situe entre 62 et 71 % ».

Pr Ly explique que ses propos ont été mal interprétés, car les statistiques citées ne concernent que quelques localités du pays.

Elle souligne par ailleurs qu’il n’existe aucune étude nationale sur la dépigmentation au Sénégal; ce que confirme le ministère sénégalais de la Santé et de l’Action sociale.

Edité par Samba Dialimpa Badji

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Commenter cet article

Commentaires 1
  1. Par John

    Merci pour cette intervention. Pourtant, il faut relire la texte de cette annonce du CNRA. Il parle de “les messages publicitaires relatifs à la promotion des produits cosmétiques de dépigmentation.“ Elle ne concerne pas les médias qui veulent parler du prévalence ou bien non-prévalence de cette phénomène au Sénégal.
    Regarder:
    https://lanouvelletribune.info/2019/11/promotion-des-produits-depigmentant-senegal-appel-pour-une-application-totale-de-la-loi/

    0
    0
    votes
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*