Les filles libériennes ont-elles plus de chance de se marier que d’être alphabétisées ?

La journaliste américaine Tina Rosenberg, lauréate du Prix Pulitzer, a dit qu’une femme libérienne a plus de chance d’être mariée à 18 ans que de savoir lire. Les données récentes n’étayent pas cette affirmation.

«Voici l’éducation au Liberia», a écrit la journaliste américaine Tina Rosenberg, lauréate du Prix Pulitzer dans  une contribution parue dans le New York Times. «Une fille a plus de chance d’être mariée à 18 ans que de savoir lire », selon elle.

La déclaration semblerait bien appropriée au Liberia. Le pays a été déchiré par une guerre civile entre 1989 et 2003. Plus récemment, ses écoles ont été fermées pendant six mois à la suite de l’épidémie d’Ebola en 2014.

Nous avons examiné les données disponibles.

Les données récentes réfutent l’affirmation

De jeunes femmes en train de suivre un cours avec des enfants, dans la banlieue de Monrovia, au Liberia. Photo AFP.
De jeunes femmes en train de suivre un cours avec des enfants, dans la banlieue de Monrovia, au Liberia. Photo AFP.

Mme Rosenberg a confié à Africa Check qu’elle s’est appuyée sur les données de base du Liberia à l’Unicef. Celles-ci estiment l’âge du mariage des enfants à 18 ans à 37,9% (soit un taux plus élevé que celui de l’alphabétisation qui est 37,2%).

L’étude la plus récente sur l’alphabétisation et le taux de mariage des enfants est l’Enquête démographique et sanitaire du pays, réalisée en 2013. Mais les chiffres de l’enquête ne cadrent pas avec ceux partagés par Mme Rosenberg.

«Je peux vous dire de manière catégorique que les données de l’enquête démographique et sanitaire n’étayent pas la déclaration en question», a confié à Africa Check Erica Nybro, chargée de communication du programme.

35,9% des femmes de 20 à 24 mariées à 18 ans

L’enquête présente les données par classes d’âge de cinq ans. Parmi celles-ci, il y a les personnes âgées de 15 à 19 ans. Les femmes de 18 ans sont dans le groupe le plus jeune (15-19 ans). Mais ce groupe ne peut pas être utilisé pour estimer le mariage des enfants, puisque beaucoup de femmes y auront moins de 18 ans.

Par contre, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance recommande d’utiliser la classe d’âge suivante : «Examiner la classe d’âge des femmes de 20 à 24 ans est plus simple et permet d’inclure toutes les filles qui étaient mariées ou en union à 18 ans avec la plus proche période pour laquelle des données complètes sont disponibles».

Selon l’enquête démographique et sanitaire de 2013, 35,9% des femmes libériennes de 20 à 24 ans déclarées mariées au moment de l’enquête étaient âgées de 18 ans.

Le chiffre de 37,9% cité par Mme Rosenberg semble avoir été tiré de la précédente Enquête démographique et sanitaire du Liberia réalisée en 2007.

64,2% des femmes de 20-24 ans sont alphabétisées

Des élèves en train de suivre un cours dans une école de Monrovia en avril 2016. Photo AFP
Des élèves en train de suivre un cours dans une école de Monrovia en avril 2016. Photo AFP.

La dernière enquête révélait un taux d’alphabétisation de 64,2% de femmes de 15 à 24 ans.

Le chiffre utilisé par Mme Rosenberg est une estimation de l’Institut des statistiques de l’Unicef pour la même classe d’âge.

Est considérée comme alphabétisée toute personne qui a été à l’école secondaire ou qui peut lire tout ou une partie d’une phrase.

Si on examine la même classe d’âge utilisée pour estimer le mariage des enfants (20-24 ans), le taux d’alphabétisation baisse à 58,9%.

D’autres organisations ont une définition plus stricte de l’alphabétisation. Par exemple, l’Unesco exclut de la population alphabétisée les personnes qui ne peuvent lire qu’une partie d’une phrase.

Si on exclut ces femmes libériennes de 20 à 24 ans, le taux descend à 51,2%. Ce qui est toujours plus élevé que le taux de mariage de 35,9%.

Conclusion : l’auteur s’est basé sur de vieilles statistiques

L’affirmation de Mme Rosenberg selon laquelle une femme libérienne «a plus de chance d’être mariée à 18 ans que de savoir lire» est inexacte.

Les données de 2007 sur lesquelles elle s’est basée ne sont pas les plus récentes.

L’Enquête démographique et sanitaire de 2013 du Liberia estimait que 35,9% des femmes libériennes de 20 à 24 ans étaient mariées quand elles avaient 18 ans. En comparaison, 58,9% de la même classe étaient alphabétisées.

Traduit de l’anglais par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*