Nos articles par flux RSS

Le Nigéria concentre-t-il 23% des cas de paludisme dans le monde?

La marque internationale d’insecticides Mortein affirme que le Nigéria compte 23% des cas de paludisme dans le monde. Ce chiffre correspond-il à la réalité?

Par Allwell Okpi

Ces dernières années, la principale marque d’insecticide Mortein est très visible dans les campagnes anti-paludisme au Nigeria. Elle travaille souvent en partenariat avec les gouvernements et les agences des Etats.

Dans ses campagnes, la marque du géant des produits de consommation britannique Reckitt Benckiser a publié une fiche d’information sur le paludisme. Elle indique que « le Nigeria contribue à 23% des cas de paludisme dans le monde ».

Est-ce que cette affirmation correspond aux dernières estimations ?

Liens de référence inaccessibles

Dans sa fiche d’information, Mortein a fourni trois références. Deux des liens – pour le Malaria Atlas Project et le Better Health Channel, financés par le gouvernement de l’Etat de Victoria, en Australie – qui ne fonctionnent pas.

Africa Check a demandé au bureau de Reckitt Benckiser au Nigeria de préciser quelles sources avaient été utilisées. Mais nous n’avons pas encore obtenu de réponse. (Note: Cet article sera mis à jour quand Reckitt Benckiser aura répondu.)

La troisième source était une page d’information générale sur le paludisme provenant du National Health Service (NHS) du Royaume-Uni. Une section faisait référence au World Malaria Report 2014, organisé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Couvrant l’année 2013, ce rapport indiquait que la République Démocratique du Congo et le Nigeria représentaient ensemble 34% des cas de paludisme et 39% des décès dans le monde. Cependant, il n’a pas explicitement fourni la part de chaque pays.

Les données les plus récentes de l’OMS sur le paludisme – pour 2016 – placent la part du Nigéria dans le total des cas de paludisme à 27%, avec une part de décès encore plus élevée – à 30%.

Les établissements de santé n’enregistrent qu’une infime partie des cas

Déterminer le nombre exact de cas de paludisme au Nigeria est presque impossible, a déclaré le Dr Olukemi Amodu de l’Institut de la santé de l’enfant à la Faculté de médecine de l’Université d’Ibadan, au Nigeria.

Amodu, membre de l’Institut virtuel européen de recherche sur le paludisme, a précisé à Africa Check que la difficulté réside dans l’insuffisance dans le signalement des cas.

“Certaines personnes qui souffrent du paludisme au Nigeria ne vont pas à l’hôpital. Elles ont recours à l’automédication et prennent soin d’elles-mêmes. Donc, quel que soit le nombre enregistré par les établissements de santé, c’est généralement une fraction de la situation réelle », a-t-il précisé.

Dans les pays où les systèmes de surveillance sont médiocres et où les données de routine sont peu fiables, les estimations de l’OMS constituent le meilleur moyen de comparer la part des pays dans la prévalence du paludisme dans le monde. C’est ce que Dr Audu Mohammed, coordinateur du Programme national d’élimination du paludisme au Nigéria, a déclaré à Africa Check.

« Les formules statistiques et la modélisation épidémiologique sont utilisées pour obtenir des données proches de la réalité dans des pays comme le Nigeria », a ajouté le docteur Mohammed.

« Nous collectons des données tout au long de l’année. Ce sont les données de surveillance que nous obtenons des établissements de santé [publics]. Parfois nous extrapolons. Par exemple, si on reçoit des données d’un Etat particulier pendant les six à sept premiers mois, et puis, ils [les agents de santé] se mettent en grève, on doit alors extrapoler », a-t-il dit.

« La meilleure estimation qui peut être faite »

L’OMS utilise un modèle statistique mis au point par Malaria Atlas Project pour parvenir à des estimations, a déclaré à Africa Check le Dr Tolu Arowolo, spécialiste national du paludisme au bureau de l’OMS à Lagos.

Le responsable du projet, Mike Thorn, a expliqué qu’ils estimaient le taux de parasite – la proportion de personnes infectées par le parasite du paludisme – et le nombre de cas pour chaque grille de 5 km dans un pays.

« Chaque estimation est accompagnée d’un intervalle de confiance, qui indique à quel point nous sommes confiants que les estimations sont correctes », a ajouté M. Thorn. « Nous résumons les estimations pour donner les totaux nationaux, ce que nous avons fait pour le Nigeria.

M. Thorn a ajouté que le taux de 27% des cas mondiaux de paludisme pour le Nigeria doit être pris en ayant à l’esprit les intervalles de confiance.

« Les chiffres sur le nombre de cas que nous avons attribués au Nigeria sont la meilleure estimation possible, vu les données disponibles pour alimenter les modèles statistiques. »

Le système de surveillance s’est amélioré

Le docteur Tolu Arowolo, épidémiologiste, a noté que la part du Nigéria dans la prévalence mondiale du paludisme a varié, mais qu’elle « ne peut pas dire catégoriquement si la part du Nigéria dans les cas de paludisme dans le monde est de 23% ».

Le système de surveillance du paludisme au Nigéria s’est amélioré ces dernières années, ce qui a entraîné une augmentation du nombre de cas signalés, a indiqué M. Arowolo.

« Beaucoup plus de centres fournissent maintenant des données. Nous avons un nombre élevé de cas signalés, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’il y a plus de cas de paludisme. Notre niveau de parasitémie dans le pays montre que le paludisme se réduit. Cependant, au fur à mesure que les établissements de santé privés commencent à fournir des données sur le paludisme, il est probable que les cas de paludisme signalés au Nigeria resteront élevés.  »

Conclusion : la fiche d’information sous-estime l’ampleur du paludisme au Nigéria

Une grande marque d’insecticide a déclaré dans une fiche d’information que le Nigéria représente  23% des cas de paludisme dans le monde.

Il est difficile d’obtenir des données précises sur le nombre exact de cas de paludisme au Nigéria chaque année, car la surveillance est médiocre. Pour combler ce fossé, l’Organisation mondiale de la santé s’appuie sur un modèle statistique développé par le projet Malaria Atlas Project.

Employée pour tous les pays où sévit le paludisme, l’itération la plus récente attribue au Nigeria 27% des cas de paludisme dans le monde en 2016, contre 29% en 2015.

Ce qui est le taux le plus élevé au monde jusque-là.

Traduit de l’anglais. Consultez la version originale.

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*