Nouvel an : Macky Sall a-t-il réalisé ses promesses pour la santé en 2017 ?

Dans son discours à la nation en fin décembre 2016, le président Macky Sall avait formulé plusieurs engagements pour l’année 2017, concernant le secteur de la santé. Ceux-ci ont-ils été respectés ? Nous avons vérifié.

Macky Sall avait fixé plusieurs objectifs pour l’année 2017, répartis en fonction des différents départements du gouvernement.

Dans cet article, nous examinons le niveau de réalisation des promesses formulées pour le secteur de la santé.

PROMESSE NIVEAU D’EXECUTION
« Construction de quatre nouveaux hôpitaux à Touba, à Kaffrine, à Sédhiou et à Kédougou » EN COURS

Selon des informations recueillies auprès du conseiller technique en communication du ministère de la Santé et de l’Action sociale, Mbaye Diouf, la construction des hôpitaux à Touba, Kaffrine, Sédhiou et Kédougou n’a pas été effectuée.

Cet objectif figure sur la liste de nouveaux projets formulés pour l’année 2018, d’après le rapport compilant les réalisations et perspectives du ministère de la Santé. « Les hôpitaux seront achevés en fin 2018 », a ainsi précisé M. Diouf.

L’objectif annoncé n’est donc pas atteint.

PROMESSE NIVEAU D’EXECUTION
« Acquisition de 195 ambulances médicalisées » OBJECTIF NON ATTEINT

Jusqu’ici, sur les 195 ambulances prévues, seules 172 ambulances — 4 unités mobiles et deux ambulances de réanimation — ont été acquises, rapporte un document officiel consulté par Africa Check.

PROMESSE NIVEAU D’EXECUTION
« Renforcement du système d’approvisionnement en médicaments » REALISEE

Macky Sall avait annoncé qu’en 2017 le système d’approvisionnement en médicaments serait renforcé à travers l’initiative «Yeksi naa» (« je suis arrivé», en wolof).

La directrice de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA), Annette Seck Ndiaye, définit « Yeksi naa » comme « un nouveau modèle de distribution de médicaments essentiels qui va permettre de distribuer les médicaments jusqu’aux niveaux les plus périphériques, c’est-à-dire les centres de santé et les postes de santé ».

En 2017, la première phase de mise en œuvre de Yeksi naa a permis de desservir 76 districts sanitaires, 89 centres de santé et 1 250 postes de santé. En outre, 52 produits de santé prioritaires ont été mis à disposition de femmes et d’enfants de moins de 5 ans, selon un document consulté par Africa Check.

Une initiative similaire dénommée «Jegesi naa» (« je me rapproche », en wolof) a permis le transport de médicaments auprès de 76 districts sanitaires.

PROMESSE NIVEAU D’EXECUTION
« Recrutement de 1 000 agents dans le secteur de la santé » REALISEE

Le conseiller en communication du ministère a indiqué à Africa Check que les ressources humaines du secteur de la santé ont effectivement été renforcées à hauteur de 1 000 agents dont 500 sages-femmes.

Pour sa part, Ousmane Diouf, chargé des ONG et projets du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (SUTSAS) indique avoir constaté que sur les 1 000 agents annoncés, « seuls 100 actes de recrutement ont été officialisés » auprès de la Commission nationale de mutations et affectations. Ce qui veut dire, selon lui, que « les 900 autres agents de la santé n’ont pas encore pris fonction ».

«Certes, cette année, 1 162 agents contractuels ont été recrutés par le ministère de la Santé mais cela entrait dans le cadre de la coopération japonaise et non des promesses présidentielles », a admis M. Diouf.

L’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a en effet octroyé au Sénégal un financement de 42 milliards de francs pour le recrutement d’infirmiers et sages-femmes, sur une durée de deux ans, a-t-il précisé.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*