Présidentielle sénégalaise : des affirmations de trois candidats passées à la loupe

Affirmations

Déclarations sur la mortalité, la pauvreté, et les recettes de l'Etat

Source: Trois des cinq candidats à la présidentielle de février 2019 au Sénégal

checked

Verdict

Une affirmation est globalement conforme aux faits. Les deux autres ne le sont pas.


Issa Sall – Parti de l’Unité et du Rassemblement

 

Affirmation

« Kédougou est la région avec le taux de mortalité le plus élevé au Sénégal »

Verdict

mostly-correct

 

« Je prends par exemple la santé, où le taux de mortalité (à Kédougou) est le plus élevé au Sénégal », a déclaré Issa Sall, le candidat du Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR).

Il était en campagne dans cette ville du sud-est du Sénégal le 11 février 2019.

Note : nos tentatives d’entrer en contact avec le responsable de la communication du PUR sont restées vaines. Cet article sera mis à jour dès que nous aurons sa réaction.

Données générales

Selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), le taux brut de mortalité du Sénégal est de 7,7 ‰. Cette donnée est tirée du dernier Recensement général de la population et de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage (RGPHAE) réalisé en 2013 et publié en 2014.

Aussi, les projections des indicateurs démographiques 2013-2035 estiment le taux brut de mortalité à 6,8 pour 1000 habitants; et le taux de mortalité infanto-juvénile (0-5 ans) à 55,6 pour 1000 habitants en 2019 au Sénégal.

Qu’en est-il pour la région de Kédougou ?

Le rapport de l’ANSD intitulé Situation Economique et Sociale Régionale 2014 met en exergue que la région de Kédougou enregistre des taux bruts de mortalité infantile, maternelle, qui restent les plus élevés du pays.

« On retrouve les niveaux de mortalité les plus élevés dans les régions Sud. Il s’agit des régions de Kédougou, Kolda, Sédhiou et Tambacounda, avec des niveaux de mortalité variant entre 10 ‰ et 12 ‰ », indique aussi le dernier RGPHAE.

Une tendance confirmée par l’Enquête démographique et de santé continue (EDS-Continue) 2016, la dernière en date, qui rapporte que la région de Kédougou a le taux de mortalité infanto juvénile le plus élevé du Sénégal : « 140 ‰ ».

 

Ousmane Sonko – Coalition « Sonko Président »

 

Affirmation

« Il y a 60 % de taux de pauvreté à Ziguinchor »

Verdict

incorrect

 

Ousmane Sonko a fait cette déclaration à Ziguinchor (Sud) où il était en campagne le 12 février 2019.

Dans son discours, il a souligné : « ce sont des chiffres de l’ANSD. Ce ne sont pas des chiffres d’Ousmane Sonko, c’est des chiffres officiels ».

Que dit l’ANSD ?

Moise Gning, documentaliste à l’ANSD a dit à Africa Check que « l’étude (sur la pauvreté) la plus récente sur notre base de données est la Deuxième enquête de suivi de la pauvreté au Sénégal (ESPS-II 2011) ».

Ce document publié, en mai 2013, souligne « de fortes disparités régionales. Les situations de pauvreté sont loin d’être uniformes d’une région à l’autre ».

« Avec 26,1% de pauvres en 2011, la région de Dakar jouit d’une situation nettement plus favorable que les autres régions du pays, même si elle contribue de façon importante (13,5%) à la pauvreté du fait qu’elle concentre un quart de la population », indique la même source.

« A l’opposé, lit-on encore, c’est dans les régions de Kolda (76,6%), Kédougou (71,3%) et Sédhiou (68,3%) que la pauvreté est la plus répandue ».

Le document indique également que l’incidence de pauvreté à Ziguinchor est de « 66.8% ».

 

Idrissa Seck – Coalition « Idy 2019 »

 

Affirmation

« Les ressources de l’Etat ont connu une hausse de 3,4% entre 2016 et 2017 »

Verdict

incorrect

 

Dans le programme du candidat Idrissa Seck, il est indiqué que « les ressources totales de l’Etat se sont accrues en 2017 pour atteindre 2 414,1 milliards de francs CFA contre 2 334,6 milliards en 2016 soit une hausse de 3,4% ».

Africa Check a consulté le rapport sur la situation économique et financière 2017 et perspectives en 2018 publié par la direction de la prévision et des études économiques, la DPEE en octobre 2017.

Ce document indique que « les ressources totales de l’État sont projetées en hausse de 3,4% (+79,5 milliards) ; elles devraient, ainsi, passer de 2334,6 milliards de francs CFA en 2016 à 2414,1 milliards de francs CFA en 2017 ».

Toutefois, le rapport sur la situation économique et financière 2018 et perspectives 2019, publié en novembre 2018, montre que « les ressources totales de l’État sont projetées en hausse de 9,4% (+222,8 milliards) ; elles devraient, ainsi, passer de 2 376,6 milliards de francs CFA en 2017 à 2 599,4 milliards F CFA en 2018 ». Ce qui suggère que les projections sur les ressources de l’Etat en 2017 n’ont pas été atteintes. Au lieu des 2414,1 milliards F CFA prévus, elles ont été de 2376,6 milliards F CFA.

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*