Sénégal : 5 % des élèves consomment-ils de la drogue ?

Affirmation

« 5 % des élèves consomment de la drogue »

Source: Seneweb (24 décembre 2019)

incorrect

Verdict

Explication: Le taux de 5 % est tiré d'une étude datant de 2007 qui ne portait que sur 60 écoles de la région de Dakar.

  • « 5 % des élèves consomment de la drogue » (Propos attribués par Seneweb au coordonnateur du CILD).
  • Le chiffre est tiré d'une étude de 2007 réalisée dans 60 écoles de la région de Dakar.
  • Une enquête nationale sur la consommation des drogues en milieu scolaire a été menée en décembre 2019 mais elle n'a pas encore été publiée.


« Les drogues sont bien présentes dans les écoles sénégalaises. Selon des statistiques anciennes, le taux de consommation est de l’ordre de 5 % ». Ce sont les propos attribués par le site Seneweb au coordonnateur général du Comité interministériel de lutte contre la drogue (CILD), le Contrôleur Général de Police Matar Diop.

D’où provient cette statistique ?

Africa Check a contacté par courrier électronique le Coordonnateur du CILD qui indique avoir donné ce taux de 5 % sur la base d’une étude de 2007.

Matar Diop précise que le taux exact est, en fait, de « 5,4 % et il concerne les substances d’utilité médicale mais détournées à des fins illicites ».

Une étude de 2007 qui ne concerne que la région de Dakar

La seule étude réalisée jusque-là sur l’usage des drogues dans les écoles au Sénégal date de 2007, indique à Africa Check Cheikh Diop le coordonnateur du Centre de sensibilisation et d’information sur les drogues (CSID/Jacques CHIRAC) de Thiaroye, dans la banlieue de Dakar.

Il précise qu’elle avait été réalisée « par le ministère de la Santé à travers la Division pour le contrôle médico scolaire, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale.

« Elle avait ciblé l’enseignement général et technique dans cinq Inspections départementales de l’éducation nationale (IDEN) de l’Inspection d’académie de Dakar », précise-t-il.

L’étude ciblait 60 établissements de l’enseignement secondaire du premier cycle des départements de Dakar, Guédiawaye, Pikine et Rufisque. Elle a révélé que sur un échantillon de 3 107 élèves (des classes du premier cycle de l’enseignement secondaire général et technique du public, du privé laïc et du privé catholique), 7 % avaient déjà fumé du tabac, 1,4 % avait déjà fumé du cannabis au cours de leur vie.

Matar Diop, le coordonnateur du CILD, ajoute que, « ce document de 2007 indiquait un taux de 5,4 % de consommation de somnifères ou de tranquillisants sans prescription médicale chez les élèves et 1,5 % de  consommation d’autres drogues comme les solvants et/ou inhalant ».

Qu’est-ce qu’une drogue ?

Le Comité interministériel de lutte contre la drogue (CILD) définit la drogue comme étant « toute substance psychotrope ou psychoactive qui perturbe le fonctionnement du système nerveux central (sensations, perceptions, humeurs, sentiments, motricité) ou qui modifie les états de conscience ».

Sur son site web, le CILD précise qu’une drogue est susceptible d’entraîner une dépendance physique et/ou psychique. Il existe des drogues « qui semblent apaiser, tels que les tranquillisants, le cannabis ou les opiacés ».

Il y a également des drogues qui « stimulent telles que la cocaïne, l’ecstasy ou les amphétamines » ; les drogues qui provoquent « des hallucinations telles que le LSD ou les champignons hallucinogènes ».

Le Coordonnateur du CILD,  Contrôleur général Matar Diop, précise qu’au sens de la loi, « le tabac et l’alcool ne sont pas considérés comme des drogues ».

Pas encore de données au niveau national

Mame Seyni Diéye Cissé, chargée de programme national à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a indiqué à Africa Check que le taux de 5 % de consommateurs de drogue chez les élèves sénégalais « ne peut être vérifié en ce moment ».

Elle ajoute que l’ONUDC attend les résultats d’une enquête nationale sur la consommation des drogues en milieu scolaire menée en décembre 2019.

De son côté, le CILD et ses partenaires travaillent à l’élaboration d’un nouveau « plan stratégique national de lutte contre la drogue qui prévoit la mise en place d’un système national d’information sur les drogues », a révélé son coordonnateur.

Le processus est en cours avec le projet de création de l’Observatoire sénégalais des drogues et addictions (OSDA) dont plusieurs étapes ont été franchies, précise-t-il.

Le cannabis, principale drogue consommée au Sénégal

En 2014, 95,2 % des personnes sous traitement pour usage de drogue (hors alcool) ont déclaré consommer du cannabis, selon des données d’une étude (page 142) de l’ONUDC consultées par Africa Check.

Ce taux était en baisse en 2016 avec 91,9 % et en 2017 avec un taux de 89 %. Le même document indique que 5,1 % des personnes sous traitement en 2017 le sont pour consommation d’héroïne.

 

Conclusion : le taux de 5 % date de 2007 et ne porte que sur 60 écoles de la région de Dakar

Le site Seneweb a récemment publié une information selon laquelle « 5 % des élèves consomment de la drogue » dans les écoles sénégalaises. Le média attribue cette déclaration à Matar Diop, le coordonnateur général du Comité interministériel de lutte contre la drogue (CILD).

Cependant, ce dernier a précisé à Africa Check qu’il s’agit en fait de chiffres tirés d’une étude de 2007.

L’étude en question n’a porté que sur 60 établissements de l’enseignement secondaire du premier cycle des départements de Dakar, Guédiawaye, Pikine et Rufisque, selon le coordonnateur du Centre de sensibilisation et d’information sur les drogues (CSID/Jacques CHIRAC) de Thiaroye.

Selon Mame Seyni Diéye Cissé, chargée de programme national à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), une enquête nationale sur la consommation des drogues en milieu scolaire a été menée en décembre 2019 mais elle n’a pas encore été publiée.

© Copyright Africa Check 2020. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*