Le Sénégal est-il le pays d’Afrique subsaharienne avec plus de femmes chefs d’entreprise ?

Affirmation

Le Sénégal est le pays d'Afrique subsaharienne qui compte le plus d’entreprises créées par des femmes.

Source: Actusen (novembre 2017)

unproven

Verdict

Explication: L'étude citée dans l'article ne couvre que cinq pays d'Afrique subsaharienne et s'intéresse aux femmes engagées dans l’esprit d’entreprise.

  • Le Sénégal détient plus de femmes chefs d’entreprise en Afrique subsaharienne, rapporte le media Actusen citant un rapport d'un think tank britannique indiquant que 36,8 % de femmes au Sénégal développent leurs propres affaires.
  • Ce qui est mesuré dans ce rapport, c’est le taux de femmes engagées dans l’esprit d’entreprise et les données n'ont pas été collectées dans tous les pays d'Afrique subsaharienne, mais uniquement dans cinq d'entre eux dont le Sénégal.
  • En 2015, la Banque africaine de développement a fait une étude sur le sujet mais elle ne couvre que 12 pays africains et le Sénégal n'en fait pas partie.


« Femmes chefs d’entreprise en Afrique subsaharienne : le Sénégal premier de la classe », titre Actusen.

« Selon un rapport de Global Entrepreneurship Monitor (GEM), le pays de la Téranga (Sénégal) occupe la première place parmi les Etats d’Afrique subsaharienne dans la création d’entreprises par des femmes », rapporte le media en ligne.

« Le Sénégal compte le plus grand nombre de femmes chefs d’entreprise actives dans la région, soit 36,8 %, contre 5,9 % pour l’Afrique du Sud (…) D’après le document, 62,9 % des femmes ont créé une entreprise, parce qu’elles profitent de l’opportunité plutôt que par nécessité », ajoute le site.

Africa Check a examiné cette information à la demande d’une lectrice.

D’où tient-on ce rang ?

Dans l’article, Actusen publie, in extenso, un communiqué qu’il attribue Global Entrepreneurship Monitor (GEM), un think thank britannique.

Africa Check a contacté le bureau du GEM, basé à Londres. Son directeur des opérations, Chris Aylet, confirme que ce communiqué émane de leur service presse basé en Afrique du Sud.

« Cet article (d’Actusen) fait référence à une publication qui n’est pas la plus récente, mais celle dans laquelle nous avons décrit la situation au Sénégal », ajoute M. Aylet avant d’indiquer le « rapport pertinent » pour tirer des informations sur le Sénégal.

Que dit ce document ?

Intitulé « Women’s entrepreneurship 2016-2017 report », le document met en relief que « les 74 économies examinées font apparaître des différences substantielles dans les taux d’activités entrepreneuriales des femmes, allant de 3 % en Allemagne, Jordanie, Italie et France à 37 % au Sénégal », un peu plus au-dessus de la moyenne de « 36 % » observée en Afrique au Sud du Sahara.

En Afrique subsaharienne, les pays concernés par cette étude sont le Burkina Faso, le Cameroun, le Botswana, le Sénégal et l’Afrique du Sud.

Le rapport met en vedette le Sénégal en indiquant qu’« une femme sur trois est en train de développer sa propre affaire ». Cette dynamique concerne surtout « les tranches d’âge 35-44 et 45-54 ».

Qu’en est-il des opportunités d’affaires ?

Le GEM explique que la majorité des femmes sénégalaises (environ 62,9 %) ont plutôt créé des entreprises, « parce qu’elles ont vu des opportunités offertes » par l’environnement macro-économique que par nécessité.

À ce niveau, l’Afrique du Sud vient en tête avec 71,6 %.

Pourcentage de femmes ayant créé des entreprises par opportunité entre 2015 et 2016.

Le Sénégal, pas couvert par l’étude de la BAD

En 2015, la Banque africaine de développement a produit un rapport intitulé « Where are the women ? ». Ce document montre que la place des femmes à la tête des entreprises ou des conseils d’administration basés en Afrique est de 12,7 % en moyenne.

Le rapport propose un classement des pays africains où il a été observé plus de femmes chefs d’entreprises.

Dans 307 entreprises basées dans 12 pays africains, les femmes responsables de grandes entreprises représentent le tiers des directeurs et membres de conseils d’administration. Parmi ces pays, la Côte d’Ivoire a plus faible taux. Le Sénégal n’est couvert par cette étude.

« Pas tout à fait correct »

 Le directeur des opérations du GEM a confié à Africa Check qu’« il ne serait pas tout à fait correct » de dire que le Sénégal compte le plus de femmes chefs d’entreprises.

« Ce qui est mesuré, c’est le taux de femmes engagées dans l’esprit d’entreprise (travaillant dans des entreprises de 0 à 42 mois), explique-t-il.

« Il n’est pas forcément vrai qu’elles sont dirigeantes. Les données n’ont pas été collectées dans tous les pays d’Afrique subsaharienne, mais uniquement au Botswana, au Burkina Faso, au Cameroun, au Sénégal et en Afrique du Sud », relève Chris Aylet.

« 32 % des entreprises sénégalaises appartiennent à des femmes »

Africa Check a également contacté la présidente de l’Union des femmes chefs d’entreprise (UFCE) du Sénégal, Nicole Gakou, qui a fait savoir qu’elle ne peut pas « répondre par l’affirmative » à la question de savoir si le Sénégal était le pays d’Afrique subsaharienne qui compte le plus de femmes chefs d’entreprise.

« Par contre, les résultats du dernier recensement général des entreprises effectué par l’ANSD [Agence nationale de la statistique et de la démographie] ont montré que 32 % des entreprises créées au Sénégal appartiennent aux femmes. Il y est dit aussi qu’il existe plus 400 000 entreprises », ajoute-t-elle.

 Conclusion : l’information n’est pas prouvée

Le Sénégal compte plus de femmes chefs d’entreprise en Afrique subsaharienne, a récemment écrit un site d’information, citant un rapport du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) indiquant que 36,8 % de femmes au Sénégal développent leurs propres affaires.

D’après le directeur des opérations du cabinet britannique, cela ne veut pas dire qu’il y a plus de femmes directrices ou patronnes de conseil d’administration au Sénégal qu’ailleurs en Afrique subsaharienne. De plus, « les données n’ont pas été collectées dans tous les pays d’Afrique subsaharienne, mais uniquement au Botswana, au Burkina Faso, au Cameroun, au Sénégal et en Afrique du Sud », a-t-il relevé.

Aussi, l’Union des femmes chefs d’entreprise du Sénégal s’est gardée de répondre par l’affirmative.

Par conséquent, l’affirmation n’est pas prouvée.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*