Sénégal : la réfection du Building administratif a-t-elle coûté 40 milliards de francs CFA ?

Commentaires 1

Affirmation

La rénovation du Building administratif va coûter plus de 40 milliards FCFA pour un marché initial de 17 milliards FCFA.

Source: Mamadou Lamine Diallo, député de l'opposition (août 2018)

mostly-correct

Verdict

Explication: Les rapports de la Direction centrale des marchés publics font état de plus de 39 milliards FCFA pour ces travaux.


« La politique économique, ce n’est pas de l’improvisation. L’exemple le plus édifiant est le Building administratif Mamadou Dia [immeuble servant de siège à plusieurs ministères et services du gouvernement]. Sa rénovation va coûter plus de 40 milliards pour un marché initial de 17 milliards [de francs CFA] », a publié sur Facebook  le député et leader de Tekki (opposition) Mamadou Lamine Diallo, le 28 août 2018.

Africa Check a vérifié la déclaration du parlementaire.

Quelles sont ses preuves ?

Contacté par Africa Check, M. Diallo nous a recommandé de vérifier ces chiffres « dans le budget successif de l’Etat du Sénégal ».

Nous avons envoyé des correspondances à la Primature et au Secrétariat général du gouvernement. Nous attendons toujours leurs réponses.

Qu’en est-il ?

Dans une lettre adressée aux médias, le 4 octobre 2014, Abdoul Latif Coulibaly, le ministre sénégalais de la Culture, alors secrétaire général du gouvernement et président du Comité de pilotage de la réhabilitation du building administratif, explique les procédures d’attribution des marchés de ces travaux.

Il affirme qu’après l’accomplissement des formalités liées à l’approbation, « le marché a été immatriculé et les travaux de réhabilitation du building administratif sont en cours d’exécution. Ils portent sur tous les corps d’état de l’immeuble pour un coût de dix-sept milliards de francs CFA ».

Pour vérifier le coût du projet, Africa Check a passé en revue la base de données de la Direction centrale des marchés publics (DCMP) et notamment tous les bulletins trimestriels, depuis l’année 2013, faisant la situation des marchés passés en 2013 (troisième et quatrième trimestres, 2015, 2016 et 2017.

Aucun des quatre rapports de 2014 ne mentionne la réfection du Building administratif.

Au chapitre des travaux, il est répertorié en 2013 au titre « Réhabilitation et extension du Building administratif » l’attribution d’un marché à Bamba Ndiaye SA pour un montant de « 30 446 138 298 francs CFA » TTC (toutes taxes comprises).

Pour les prestations intellectuelles, une « convention de maîtrise d’ouvrage déléguée relative aux travaux et à la supervision du projet de réhabilitation et d’extension du building administratif de Dakar » est attribuée en 2015 par la « Primature/Secrétariat général du gouvernement » à lAgence d’exécution des travaux d’intérêt public (AGETIP) pour un montant de 466 000 000 de francs CFA TTC.

Réhabilitation et extension

En 2016, un marché complémentaire au marché relatif à la réhabilitation et extension du Building administratif a été attribué à Bamba Ndiaye SA pour une valeur de 2 048 955 508 de francs CFA TTC.

Concernant les travaux en 2017, le deuxième avenant au marché relatif à la réhabilitation et extension du Building administratif a également été attribué à Bamba Ndiaye SA pour une valeur de 6 437 545 198 de francs TTC.

Africa Check a fait le calcul du coût de ces différents marchés et avenants contractés par la Primature/ Secrétariat général au gouvernement.

Pour plus de précisions, nous avons également contacté la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), qui a financé une partie du projet, afin d’obtenir le contrat de prêt signé par l’Etat du Sénégal ainsi que les taux d’intérêt appliqués. Là encore, nous attendons la réponse de cette institution.

Conclusion : l’affirmation est globalement correcte

Le député Mamadou Lamine Diallo a affirmé que le coût de la réfection du Building administratif du Sénégal est passé de 17 à 40 milliards de francs CFA.

Les documents officiels consultés par Africa Check renseignent que le coût actuel de la réhabilitation s’élève, au moins, à 39 milliards 398 millions 639 francs CFA (toutes taxes comprises), soit plus que le coût initial du projet (17 milliards de francs CFA) annoncé en 2014 par Abdoul Latif Coulibaly, secrétaire général du gouvernement de l’époque.

L’affirmation du député Mamadou Lamine Diallo est donc globalement vraie.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Commenter cet article

Commentaires 1
  1. Par Diene

    En plus des marchés de gré à gré, c’est un racquet du bas peuple d’une indécente morale, intellectuelle, sans commune mesure
    Àu moment, où nous manquons de quoi manger
    Le châtiment divin est inéluctable

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*