Lettre ouverte des fact-checkers du monde entier à Mark Zuckerberg

Africa check est heureuse de signer la lettre ouverte des fact-checkers du monde demandant un dialogue ouvert sur les principes capables d’accompagner un écosystème d’informations plus exactes sur Facebook.

M. Zuckerberg,

La semaine dernière, vous avez écrit que le problème des fausses informations en ligne est particulièrement complexe. Selon vous, « l’identification de la vérité est compliquée ». Nous sommes d’accord. Cela ne peut pas être non plus la responsabilité d’une seule organisation.

En tant que réseau d’organisations indépendantes de fact-checking, mis en place pour promouvoir l’exactitude dans le débat public et les médias partout dans le monde — de l’Afrique du Sud au Népal, en passant par l’Argentine et le Royaume-Uni — et ayant adhéré à un code d’éthique, ceci est un défi que nous essayons de relever chaque jour.

Comme vous le savez sans doute, des posts populaires véhiculant de fausses affirmations sur la santé ont permis de saper des campagnes publiques de santé dans le monde. Les fausses informations publiées en ligne ont été également utilisées pour créer des tensions dans des pays comme le Népal et le Nigeria qui ont un passé de violence ethnique. Et dans toutes les parties du monde, des plateformes comme Facebook ont été utilisées pour colporter de faux remèdes médicaux, portant préjudice à la santé publique.

Nous reconnaissons que Facebook représente un important outil pour construire et entretenir un public et disséminer des informations justes. Et nous estimons que c’est vital pour un débat public sain que les opinions et analyses des faits sur ces plateformes comme Facebook soient libres.

C’est pour cela que les fausses informations et les fausses déclarations portent un grand préjudice.

Nous vous encouragerions à contacter la communauté mondiale du fact-checking pour aider à construire un écosystème d’information plus sain et plus véridique.

Nous estimons que Facebook devrait engager la discussion sur les principes capables d’appuyer un écosystème d’information plus exact sur son flux d’actualité, et nous serions disposés à prendre part à cette discussion.

Nous croyons également qu’il est très important de renforcer le rôle des usagers pour combattre les fausses informations. Plusieurs études montrent qu’en dépit de l’idéologie partisane, les gens ne parviennent pas à départir des fausses informations qui sont conformes à leurs idées préconçues.

Beaucoup d’organisation membres de notre réseau offrent des formations en fact-checking à des organes de presse et au public. Nous serions heureux de discuter avec vous des modalités d’offrir à la fois à vos usagers et éditeurs des guides sur comment détecter de fausses informations. Il est surtout important que Facebook aide les usagers individuels à identifier eux-mêmes les fausses informations, comme l’ampleur du problème est vaste pour une approche descendante.

Nous n’avons pas la prétention d’avoir toutes les réponses pour résoudre le fléau. Nous sommes cependant heureux que vous indiquiez que vous partagez notre préoccupation relative à la lutte contre les fausses informations et nous vous invitions à engager la discussion avec les fact-checkers.

Signataires

Africa Check Agência Lupa | Agência Pública – Truco Aos Fatos Colombiacheck |Chequeado | Doğruluk Payı El Objetivo | FactCheck.org FactCheckNI Full Fact |Istinomer Istinomjer Observador OjoPúblico Pagella Politica PolitiFact | |South Asia Check TheJournal.ie FactCheck The Washington Post Fact Checker

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*